Une grossesse avec la muqueuse utérine atrophiée, impossible et pourtant…

Hénora

Je suis bien incapable de m’organiser dans mes publications de blogs et je n’aime écrire que dans l’instantanée! Le vendredi soir je suis bien souvent HS et j’ai la flemme de publier un récit d’accouchement alors ca sera aujourd’hui finalement!
Cette semaine je laisse la place à Lindsay qui a beaucoup lu vos récits pour se rassurer et aujourd’hui décide de nous faire partager sa grossesse miracle.
Si vous en avez envie, envoyez moi vos récits sans faute d’orthographe et autres kikoo lol à madameparle@yahoo.fr. Vous pouvez y joindre une photo sans visage identifiable de préférence. Voilà vous savez tout.

*********

Nous sommes en octobre 2012 chéri et moi partons passer le week end dans le Périgord ça ne fait que 5 mois que nous sommes ensemble, nous apprenons à nous découvrir. Durant le séjour j’en profite mais moi qui aime gambader je répète que je suis épuisée nauséeuse bref vraiment pas en forme. A notre retour je me dis que j’ai dû attraper un truc je vais aller voir le médecin mais ma sœur au vu des symptômes me conseille plutôt un test de grossesse. Une grossesse ? Impossible ! J’ai la muqueuse utérine atrophiée à tel point que le médecin m’a prévenue, avoir un bébé naturellement sera impossible ! Bon pour la rassurer je vais faire le test mais vraiment je n’y crois pas et là le résultat tombe, c’est positif !

La décision est prise on le garde ce sera surement notre seule chance ! La peur s’installe notre bébé miracle v a-t-il s’accrocher ? Le médecin me prévient au vu de mes soucis divers de santé ça sera surement une grossesse difficile. Les 3 mois passent faits de grosse fatigue et de nausées mais rien de bien grave. J’y crois, on va les passer ensemble ces 9 mois, je suis prête à en baver mais finalement je vais avoir une grossesse de rêve, aucune vergeture, aucune contraction et une petite fille annoncée en pleine forme.

Le 02 Juillet il est 4h30 quand une énième envie de pipi me réveille, je me recouche et la une gène dans le ventre me surprend je comprendrais tout de suite ! N’arrivant plus à dormir je me lève prend un petit déjeuner 2 spasfons et une douche afin d’être sûre. Les contractions sont toujours là. Le papa se réveille à 7h30, je l’envoie travailler ne sachant pas combien de temps ça va durer.

A 13h les contractions sont gênantes mais toujours supportables j’appelle la maternité ils me disent de venir ça commence à faire long, il faut vérifier que tout va bien. Chéri passe me prendre et en voiture les contractions commencent à s’intensifier. Arrivée à la maternité col presque à 3 ils me gardent. Je réalise que je ne ressortirais qu’avec toi dans mes bras. Le temps passe, les douleurs s’intensifient. A 17h je perds les eaux, je suis toujours à 3, je n’arrive plus à gérer, la douleur déjà très intense devient insoutenable, je mets 1h à reprendre le fil, en raison de mes problèmes la péridurale est contre indiquée. On me donne un médicament qui me shoot mais qui ne calme pas les contractions, à 23h c’est trop long et je ne supporte plus la douleur la sage femme me propose finalement la péridurale micro dosée et sous contrôle strict. Je n’en peux plus, j’accepte.

A 23h30 on me descend en salle d’accouchement, vérification du col il est à 5 ok on va piquer il est minuit passé on me rallonge pour me relier à la péridurale et là ha non il y a un problème j’ai envie de pousser, impossible madame attendez je vérifie, ha si dilatation complète et bébé est tout près. On court chercher le papa envoyé se promener le temps de la piqure. Il est sensible on l’assoit à ma tête. Je pousse, il m’encourage, j’ai vraiment mal mais ça me soulage, la sortie sera facile, en 3 poussées tu seras là. Il est 00h23, Le sage femme te pose sur mon ventre et je te parle Hénora, mon amour, ma fille, mon miracle. Nous passerons 3h hors du temps à nous découvrir, toi, moi et ton papa en salle d’accouchement. 11 mois que tu es née et jamais je n’oublierais…

Déposer un commentaire

  • (will not be published)