Une naissance double pleine de joie après l’attente

Cette semaine je laisse la place à MZoé qui s’est lancé dans le récit de la naissance de ses deux enfants!

*******

Après trois longues années à attendre, un parcours en PMA, des échecs, et des surprises, une FIV, me voilà enceinte au début de l’été 2011.

Au début du mois de juillet j’apprends que je suis enceinte. Après une rapide échographie, on me dit que j’attends un seul bébé. Nous étions un peu déçu parce qu’il y avait eu un transfert de deux embryons. Puis les semaines passent. Mon mari part faire l’ascension du Mont Blanc et je me retrouve seule chez moi. Ne me sentant pas très bien j’appelle la maternité pour savoir quoi faire. Là on me dit de venir les voir. Je pensais que j’angoissais en étant  seule chez moi. Et  là, une grosse surprise, je n’étais pas enceinte d’un bébé mais de deux bébés ! Ben oui, le deuxième embryon s’était caché lors de la première écho!

Mon mari n’en dormira pas pendant tout son séjour dans les Alpes… Moi non plus !

Me voilà donc enceinte de jumeaux !

Une grossesse à risques, compliquée… Un cerclage du col, une cholestase de grossesse, deux menaces d’accouchements à 7 mois et 7 mois ½ ( avec à chaque fois un séjour à la maternité)…. Je m’en remets complètement depuis le début de ma grossesse aux médecins de la grosse maternité où je suis inscrite, et en particulier à la gynéco qui suit ma grossesse… Elle est devenue mon Dieu sur terre pendant ces 8 mois….

J’arrive à 36 semaines de grossesse, je sais que dans quelques jours, le 22 février, on m’enlèvera mon cerclage et que je vais enfin pouvoir accoucher.

J’ai passé 8 mois chez moi, sur mon canapé, à sentir mes deux bébés bouger, grandir, à voir mon corps se transformer, mon ventre devenir, …. ENORME,…..

J’ai du mal à me lever, à m’habiller, à  mettre mes chaussettes, à changer de position dans mon lit… Je ne dors plus la nuit, mes bébés font la fête chaque nuit et s’étirent ce qui transforme mon ventre de façon très étrange…

Mais ce matin là je me suis levée très tôt avec une envie de prendre une longue douche, de me faire belle, de sentir bon. Je ne le saurai que quelques heures plus tard, mais je me préparais à mettre au monde mes deux trésors.

Cet après-midi là j’ai écrit leurs prénoms en pensant à eux  avec une intensité nouvelle…

Puis en fin d’après midi, je me suis rendue compte que les contractions que je sentais  déjà  depuis plusieurs semaines devenaient de plus en plus douloureuses… Mais ayant eu plusieurs fois les fausses-joies d’avoir des contractions douloureuses de faux travail, j’attendais en regardant une merdouille à la télé.

Je ne me suis même pas aperçue tout de suite qu’à chaque contraction je pleurais et qu’elles étaient de plus en plus régulières…

A ce moment là, je me suis enfin décidée à appeler mon mari et je lui demande de rentrer.

Nous savions que cette fois-ci nous allions aller à la maternité pour y accoucher. Nous avons décidé d’attendre un peu. Je ne voulais pas qu’on me demande de rentrer chez moi et d’attendre. Nous avons donc décidé de dîner. Je n’arrive rien à avaler. J’ai de plus en plus mal….  Mais une force nouvelle me soulève. Je vais rencontrer mes bébés.

Nous décidons d’aller à la maternité vers 21h. J’ai une poussée d’adrénaline à ce moment là. J’arrive à descendre les 6 étages de notre immeuble (sans ascenseur) avec le sourire malgré de grosses contractions. Je me sens pousser des ailes, je sais que c’est pour aujourd’hui, cette nuit…

Nous arrivons à la maternité. J’espérai accoucher dans les nouveaux locaux de cette grosse maternité, mais j’arrive quelques jours avant le déménagement.

L’ambiance est très calme. Je suis la seule femme aux urgences.

Une sage femme m’examine et confirme que le travail a commencé. Je peux aller en salle de naissance. Je mets la magnifique tenue bleue. Il me faut deux blouses pour couvrir mon ventre… 1m 22 de tour de ventre quand même…

Je vais en salle de naissance en marchant, main dans la main avec mon mari. Je suis fière et j’ai le sourire malgré la douleur. Je me suis battue pour être enceinte, pour arriver au terme de ma grossesse et me voilà enfin prête pour ce grand moment : l’accouchement.

J’entre donc en salle de naissance. Une ambiance très très détendue… Il n’y a pas d’autres accouchements en route. Le personnel soignant attend en écoutant la radio (un peu trop fort). Ce vendredi soir c’est soirée disco…  J’ai droit à quelques blagues sur la taille de mon ventre.

J’ai l’agréable surprise de découvrir que Ma gynéco, mon Dieu sur terre, est de garde cette nuit là.

On m’installe dans une vieille salle de naissance. Mais je m’en fiche.

Les premières aventures qui vont ponctuer cette nuit de folie commencent. Il faut enlever le cerclage en urgence. Mais comme l’accouchement à commencé, j’ai mal, très mal. On me donne du gaz hilarant mais j’ai vraiment très mal… On décide donc de me poser la péridurale tout de suite.

L’anesthésiste est obligé de s’y prendre à 5 reprises. Je n’arrive pas à faire le dos rond, mon ventre est trop gros.  Il tente une dernière fois avant de faire appel au chef de service. On me demande de me mettre en position du lotus sur la table, la sage femme me tient les jambes et me bascule en avant dans le vide. Je ne sais même pas comment j’ai pu me mettre dans cette position. Mais la péridurale est enfin posée….

Maintenant je sais qu’il faut attendre… 1 cm par heure… J’arrive à dormir un peu. Mon mari aussi, entre deux pauses dehors pour prendre des forces. J’entends en fond sonore de vieilles chansons discos, des rires, etc…

On me demande les prénoms de mes enfants. Je n’ose pas les dire . C’est en voyant la sage femme les écrire sur les bracelets que je réalise que je vais bientôt accoucher…

Puis les choses se compliquent. La sage femme a peur que l’accouchement soit trop long et me met une perfusion pour accélérer le travail. Elle décide de percer la première poche des eaux. Il était prévu que ce soit mon fils qui naisse en premier. Il était très bien placé. Puis ma fille en siège.

Mais après avoir percé la première poche des eaux, la sage femme se demande si ce n’est pas ma fille qui est passée devant pendant le travail. Ma gynéco est appelée. Elle donne son accord pour une naissance du premier en siège.

La sage femme m’examine à nouveau et tout à coup je sens la deuxième poche des eaux qui éclate. La sage femme est surprise. Elle m’examine longtemps puis sort.

Elle revient avec ma gynéco et une dizaine de personnes.

Il se trouve que la tête de mon fils est engagée mais que les pieds de ma fille aussi. Ce n’était donc pas un siège que la sage femme sentait mais une tête et deux pieds…

La gynéco essaye de remonter ma fille, mais mes deux bébés continuent de descendre en même temps.  Cela ne fonctionne pas.

On me dit qu’il faut faire une césarienne en urgence.  On m’emmène très vite, pas le temps de faire un bisou à mon mari.

On me prépare. Pour la première fois cette nuit là j’ai peur. Il est presque 6h du matin…

Je sens qu’on me tire, me tourne…

Et j’attends un cri. Le plus beau cri que j’ai entendu dans ma vie. Une sage femme me présente ma fille. Elle me la pose sur mon visage. Je pleure. Je la renifle, la caresse avec mon visage… Et très vite j’entends un deuxième cri, une autre sage femme me présente mon fils. Je frotte mon visage sur son petit corps.

C’est le moment le plus fort de ma vie… Mes enfants sont nés. Ma fille à 6h09,. Elle pèse 2k880g . Mon fils à 6h10. Il pèse 2k450g.

Après ce moment extraordinaire, j’ai vécu des heures difficiles. J’ai eu une hémorragie de la délivrance. J’ai passé plusieurs heures dans un sale état. Puis les choses sont rentrées dans l’ordre.

Et j’ai enfin pu démarrer ma nouvelle vie de maman !!!!

C’était le 18 février 2012.

*******

Ça vous tente aussi de vous lancer dans l’écriture de votre récit? Il n y’ a pas besoin qu’il soit extraordinaire puisque quoiqu’il arrive il sera unique!

Je vous laisse m’envoyer un texte sans faute d’orthographe ni smiley, à l’adresse madameparle@yahoo.fr, ainsi qu’une photo si vous en avez envie en privilégiant les noirs et blancs et les détails.

 

5 commentaires

  1. MaNAa

    Extrêmement émouvant comme toujours, étant actuellement enceinte j’ai les larmes aux yeux après avoir lu ce récit. C’est super pour la maman d’être tombée enceinte après un parcours du combattant, la PMA est souvent semée d’embûches et d’avoir pu mener une grossesse gémellaire à terme. Bravo à elle, ça a du être l’un des plus beaux jours de sa vie, avoir ses petits bouts sur elle après la césarienne ça a du être génial. Ça me donne envie de rencontrer mon bébé mais pas trop vite quand même j’ai encore le temps :).

    Répondre
    • Espoir

      Tant mieux pour elle, mais 2 bébé après SEULEMENT 3 ans d’attente, AUCUNE fausse couche, il n’y a pas de quoi à en faire toute une histoire du parcours du combattant. Malheureusement, certaines histoires sont BEAUCOUP plus longues et complexes….

      Répondre
      • Madame Parle

        l’histoire d’une personne n’enlève en rien la douleur d’une autre. Chacun son chemin de vie.. Je comprends que c’est difficile pour vous alos je vous envoie pleins de courage dans cette épreuve.

        Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)