Le running, bilan après 2 mois

eliorun de kalenji

J’ai jamais été très fan de course à pieds. Je m’ennuyais profondément et me concentrais souvent sur la torture interne. Le souffle coupé, les jambes lourdes, le visage rouge. Et puis la fameuse barre des 20 minutes au lycée. Le début de la clope, les études, l’entrée dans la vie active, un enfant, un périnée en cartons, deux enfants… La vie quoi.

Depuis quelques années je commence tous les étés à courir. Je prolonge même un peu à la rentrée et puis je passe rarement le cap de fin septembre avec notamment la fermeture plus tôt des espaces verts à Paris.

Le déclic est venu le jour où quelqu’un m’a dit que débuter le running consistait à alterner des périodes de course et de marche et qu’on prenait tout de même la globalité de la séance comme temps de séance. Fini la notion de sacrifice et de souffrance. A partir de ce jour là je n’ai eu aucun mal à commencer.

Il y a deux mois j’ai commencé à courir. Pourquoi devrait-on employer le verbe reprendre en fait? Celui ci implique une notion d’échec avec un arrêt, comme si dans la vie on devrait continuer tout ce qu’on commence. Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer des successions de moments qui répondent à des besoins propres à chaque époque?

J’avais déjà des chaussures, des new balance, achetée précédemment pour me motiver, un corsaire avec une poche intérieure pratique pour mes clés, des tee shirts. Pas besoin de plus.
J’ai cherché une application de coaching pour arriver à courir 5 kilomètres. J’ai installé 5K. Dans sa version gratuite elle est bourrée de pubs très très pénibles mais, elle a le mérite d’être en français et d’être très progressive.
En 2 mois j’ai effectué 13 sorties à priori. J’ai sauté quelques séances dans le programme pour allonger mon temps et j’ai pris l’habitude de continuer à courir au moment du temps de récupération présumé.
Au début les séances étaient  composées de 1mn de jogging et de 2mn de marche X7.
Courir 1 minute c’est facile, il y a une fin très proche, le coeur a à peine le temps de s’emballer qu’on marche. Je finissais la séance de 30minutes contente de l’avoir faite et frustrée d’arrêter. Je crois que le secret est là me concernant. Je voyais que je progressais et que je pouvais pousser. Mais j’arrêtais avec l’envie de penser déjà à la séance suivante.
Moi j’aime courir seule pour le moment, avec ma musique. Mais je crois que ce qui anime ce choix est le « je préfère souffrir en solitaire ». Peut être que ça évoluera en prenant confiance.

Aujourd’hui, j’en suis à 3mn de marche/5mn de course/3mn de marche/8mn de course/2mn de marche/13mn de course.
J’ai pris du plaisir à le faire. Je vois les séances qui rallongent, les kilomètres aussi et petit à petit les période de marche vont disparaitre.

Quels pourraient être les avantages au bout de 2 mois?
Le running a ceci de valorisant c’est qu’on voit vite la progression et ça fait du bien au moral.
Mes chevilles se sont affinées, oui oui oui je le vois!
La cellulite s’efface je crois un peu. Mes épaules se dessinent.
Je me sens plus ancrée au sol en sentant mes jambes et mes fesses se muscler, plus à l’aise dans mon corps du coup.
Je vois la nature pousser.
Pendant quelques minutes j’arrive à déconnecter ( j’ai une grosse marge de progression de ce coté là).

Je me suis inscrite à la parisienne, une course uniquement féminine de 6,7km qui a lieu début septembre. L’objectif serait de la courir sans m’arrêter ce qui devrait être faisable, j’ai le temps de m’entrainer pour!

 

 

 

 

14 commentaires

  1. Soma

    Il était temps que je (re)prenne une activité physique… C’était surtout un besoin physio pour évacuer que le sentiment de faire du bien à mon corps ! J’avais besoin, j’ai besoin de faire du bien à ma tête !!! Peu sportive à la base : un peu de gym suédoise à une époque, du bollywood en expat… et c’est tout !
    Je commence donc à courir tout doucement, selon mes possibilités (et surtout celle du male, pour garder les enfants)…. Je suis surprise de ce que je peux faire & j’espère continuer à maintenir un rythme. J’aime le faire seule aussi, j’ai commencé à mettre de la musique dernièrement… Les appli st un bon coach je trouve !
    Bon running :)

    Répondre
  2. lexou

    J’ai commencé à vouloir courir, j’ai tenu 3 km à chaque fois, après je suis rouge écarlate, plus de souffle.Courir seule ca me gonfle, et puis je n’ai jamais trouvé quel était le meilleur moment pour courir, alors je me suis inscrite au sport en septembre.Une seule heure par semaine possible vu mes horaires de boulot complètement aléatoire.Je crois qu’à la rentrée je vais continuer le sport une heure par semaine et essayer de retourner courir pour compléter!

    Répondre
  3. Olivier R

    J’adore ! Bravo pour ce retour aux joies du Jog tout en douceur… La finalité est la : Reprendre PLAISIR dans ses baskets, bien dans son corps, bien dans sa tête et chacun à son rythme ( Find your rhythm, Enjoy your Run :-) )
    Et oui, le jog peut être alternance de rythme, Chacun le sien ( chacun sa finalité en fait.. ;) )
    Hâte d’avoir ton retour sur la Parisienne ( frissons ou pas ;) )

    Répondre
  4. Lili

    C’est cool !
    Il faut savoir faire les choses à son rythme :-) Le mien, dans cette activité, est fort modeste :p

    Répondre
  5. Philo

    Je n’ai jamais été une sportive, et quand je dis jamais c’est vraiment jamais.
    Puis en Août dernier, pour m’aider à continuer à perdre du poids, je me suis décidée à aller courir. Pas une fois par semaine mais 2 fois.
    J’ai donc commencé fin Août par 4 km. Je me suis surprise, je n’aurai jamais pensé réussi à tenir 4 km d’autant que je suis asthmatique. Donc le Dimanche, je me lève sans réveil, je déjeune et je pars au parc pour courir avec mon mari.
    On ne court pas ensemble, chacun de son côté et en plus à contresens.
    Je préfère courir seule avec de la musique et ne pas avoir la pression en me disant qu’il faut que je tienne le rythme de l’autre.
    Et puis je cours seule le Jeudi matin, avant d’aller bosser. J’y vais à 6h du matin mais par manque de temps, je me suis constituée un parcours de 3 km dans ma ville.
    J’ai choisi de courir 2 fois par semaine pour favoriser ma perte de poids.
    Depuis que j’ai démarré fin Août, je n’ai loupé que 3 séances (2 pour cause de maladie, 1 pour cause d’un gros repas familial de 15 personnes dimanche dernier).
    Je me suis promis de courir quelque soit la météo sauf en cas de neige.
    Du coup, pas de neige cette année et au final je n’ai eu que 2 séances sous la pluie.
    Je suis hyper motivée même si je reconnais ne pas voir physiquement un changement. Quand je me regarde dans la glace, je me vois comme avant et pourtant je sais que c’est faux puisque j’ai du me racheter des fringues puisque je me suis affinée et la balance en témoigne aussi ;-)
    Aujourd’hui j’ai réussi à attendre le Dimanche les 10 km mais en Avril/Mai j’ai eu un coup de mou et je n’ai pas dernièrement réussi à faire 10 km.
    Je suis redescendue à 4, puis 6 et j’ai réussi à remonter à 8. J’aimerai avoir à nouveau la force de remonter à 10 car je l’ai fait 2 fois pour le moment. Aucune raison que je me puisse plus !
    Autrement pour ma part, j’utilise l’application Nike+.
    Voila, je crois que tu sais tout.
    Bonne journée

    Répondre
    • Madame Parle

      ah oui merci pour ton long commentaire! As tu essayé les applis de courses en fractionnées? je sais que ma 5K existe en 10k.
      Tu as deja fait des courses?

      Répondre
  6. Victoria

    Bravo pour tes progrès ! C’est le plus important en sport, on l’oublie tellement vite. Je pense que tu as choisi la bonne approche en alternant la marche et la course!

    Répondre
  7. The parisienne

    Et bien là, bravo ! J’ai couru La Parisienne ces deux dernières années, mais j’avoue que dès que la course est passée, je retourne en hibernation … Tiens, dès que le soleil sortira, je m’y remets :) Et on se retourne le weekend du 10 septembre pour se congratuler mutuellement !

    Répondre
  8. Anne-Laure

    Hello, merci pour ce petit article qui me réconcilie avec le jogging. Cela fait déjà quelques mois que je m’escrime à courir, mais toutes les excuses étaient bonnes pour ne pas sortir (il fait trop froid, il pleut, on vient de manger, il faut préparer à manger, mon leggings est au linge, mon haut est propre, ça serait dommage de le salir quand même…). Ces derniers temps, la moiteur environnante m’essoufflait au bout de 5 ou 6 kilomètres. Pourtant je ne veux pas renoncer, et je vais sans doute insérer dans mon parcours des petits instants « recup » en marchant. Merci pour cette excellente idée ! Et je vais aussi essayer de me lever plus tôt pour courir dans la fraîcheur matinale. Plus d’excuses haha.
    Bonne continuation, et j’attend ton feedback après la Parisienne ;)

    Répondre
    • Madame Parle

      ah cool merci pour ton comm’ tu me diras si tu as retrouver la foi avec les pauses marche?

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)