Ces étés de liberté

IMG_2597Mes vacances en Turquie avaient un petit parfum d’antan.
Je me suis replongée dans l’été de mes 17 ans.
J’avais dû faire des pieds et des mains pour que mes parents acceptent de me laisser partir dans la maison d’Emilie, avec une autre amie officielle et un garçon officieux ou deux je ne sais plus trop.
Les souvenirs sont édulcorés et les couleurs sur les photos jaunies. Mais je me souviens très bien que cet été là, j’étais heureuse.
Je me souviens de ce petit chemin au milieu des pins qui menait à la mer.
Dès le premier jour ma peau de rousse et moi décidions de mettre la graisse à traire à midi pour avoir vite le teint halé, au lieu de ça j’ai eu le séant cramoisi de nombreux jours.
C’est peut être pour cette raison qu’au fur et à mesure de la semaine nous passions nos nuits à l’escargot la boite du coin pour éviter le soleil.
Cet été là je dansais sur du ace of base dans mon 501 fièrement assumé en rouge, je mettais un peu plus de noir sur mes yeux et je fumais des lucky strike.
J’étais la reine du monde, la vie m’appartenais.
Jusqu’à ce jour où je racontais au téléphone à fil à mon frère que j’avais passé la nuit avec un beau jeune homme. Mes parents n’avaient pas raccrochés le second téléphone.
Ni une ni deux on me somma de rentrer le lendemain par le premier train.
Ma liberté était alors limitée mais elle avait un gout d’interdit.

Quelques années plus tard, j’ai passé aussi mes nuits à danser sur du ace of base, remixé, mais aujourd’hui je n’ai de compte à rendre à personne et je mets de la 50 sur ma peau dorée.
Je regrette ma vitesse de récupération mais pour rien au monde je ne voudrais être différente que cet été, celui de mes 40 ans!

Tout était parfait.
Les vacances à la montagne avec les enfants, mes nouveaux amis Agnès, Florence et Martial, Isa, Steph et leurs enfants.
Cette semaine à Kemer avec Seb, situation tellement improbable mais parfaite. A ces rencontres d’un soir, d’une nuit, d’un diner ou d’une vie qui sait. Yann, Laurence, Fabien, Ali, Hakan, Céline et les autres.
J’ai dansé à m’en faire mal aux pieds, j’ai bu plus que de raison, j’ai atteint des sommets, je me suis aussi élancée en parapente, j’ai regardé mes enfants grandir à petits bruits et à grands rires. J’ai admiré la nature, nos montagnes enneigées et leur mer si limpide. Je me suis régalée de mille et une saveurs.
J’ai ri, j’ai tellement ri.
Je me suis sentie en vie comme jamais.
Je reviens sur Paris tellement pleine de ça prête à continuer le chemin.IMG_2427 IMG_2437 IMG_2445 IMG_2456 IMG_2459 IMG_2467 IMG_2490 IMG_2497 IMG_2505 IMG_2526 IMG_2535 IMG_2545 IMG_2560 IMG_2564 IMG_2577 IMG_2597

 

15 commentaires

  1. Chapi

    J adore te suivre ici & sur snap.. Tu es tjs souriante , tu profites de ce que la vie te donne ça se sent.. Je t embrasse bien fort

    Répondre
  2. othilie

    On sent vraiment que ces vacances ont été bénéfiques j’en suis bien contente pour toi c’est important le bonheur !
    bonne rentrée alors, aussi bonne que l’été

    Répondre
  3. linette

    Très beau récit Emmanuelle. Je me reconnais quand tu parles de la graisse à traire et de l’indice 50 ! Ça m’a fait rire. Et puis, tu m’as émue avec tes mots. J’aime te lire, regarder tes snaps qui me font souvent rire mais qui m’ont surtout fait voyager cet été ainsi que tes photos sur insta. Merci
    Et je finirai par remercier Internet et les réseaux sociaux grâce auxquels ont fait de belles rencontres…virtuelles.

    Répondre
    • Madame Parle

      rooo mais merci beaucoup à toi de prendre le temps de me regarder faire la cruche et de lire mes mots. Je suis touchée merci!

      Répondre
  4. Chauvel

    C’est bon le bonheur…
    La liberté … Le soleil …
    Oui ou non c’est TOI qui décide…. Hummmmm trop bon..

    Répondre
  5. Corinne

    Quel plaisir de te voir heureuse, gourmande de vie et remplie d’une sérénité humble et reconnaissante ! Je repense à ce WE que nous avons partagé il y a un an dans le Morbihan et je me dis que ton chemin parcouru est déjà long ! Même si on sait la fragilité du bonheur, continue de le saisir ! Bises

    Répondre
    • Madame Parle

      les vieilles pierres du Morbihan une des premières à avoir accueillies mes larmes pendant votre paddle… Merci Corinne pour tes mots toujours justes et bienveillants <3

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)