Et puis s’élancer en parapente

IMG_8377Il y a quelques temps déjà en pleine crise existentielle je me sentais enfermée dans ma vie sans aucune issue possible. Pendant l’année ça allait à peu près, le quotidien routinier adoucissait mes angoisses mais dès le début des congés estivaux je devais trouver d’autres repères. Je me souviens encore de ce jour où le large m’appelait terriblement, je rêvais de cet autre horizon. Je mourais d’envie aussi de faire du parapente, de m’élancer dans le vide, la peur au ventre mais libre. Faire le grand saut.

Et puis ma vie
Et puis la vie.

Le grand saut a eu lieu l’été dernier. Depuis je ressens cette liberté d’être qui me manquait tant.
En arrivant à la montagne en juillet il y avait une compétition de parapentes. Des dizaines de petits points colorés flottaient dans le ciel. Ce joli spectacle a réveillé mon envie enfouie. Elle est petit à petit revenue, avec insistance.
Et si je le faisais enfin ce challenge?
J’ai dû rentrer deux trois fois dans les boutiques qui proposaient un vol. J’ai lu et relu les prospectus. Il m’a fallu quelques jours pour me lancer la peur au ventre. Je n’étais que stress en épelant mon nom pour m’inscrire. Quand la dame m’a demandé mon numéro de téléphone au cas où la météo tournait, j’ai été victime d’une rupture d’anévrisme instantanée. Impossible de m’en souvenir.. J’ai bien essayé de m’appeler, mais en vain personne à la rubrique « moi ».

Les 24 heures qui ont suivi étaient terribles. Je ne cessais de me demander ce qui avait bien pu me passer par la tête en payant pour ma propre mort, car oui, je vivais mes derniers instants. J’ai fait des câlins aux gens que je croisais, vagues connaissances pour leur demander du soutien. Je ressentais la même folie que le jour où j’ai décidé d’arrêter de fumer. Cette schizophrénie qui vous saisit au milieu de nulle part. Personne à qui en vouloir, personne à tromper, juste moi et ma connerie de défi.

J’ai marché vers mon destin. Un homme à la retraite attendait aussi.
– Monsieur on va pas mourir aujourd’hui?.
Il me regarda dubitatif:
– ah mais surement pas.
– mais vous, vous avez pas du tout peur?
– bah pourquoi voulez vous que j’ai peur?
Je décida de taire mes angoisses et de relever la tête.
Un peu plus tard, un homme est venu nous chercher. En ouvrant la porte de la voiture je me suis assurée que les accompagnateurs avaient l’air en forme, qu’ils n’avaient pas trop de cernes.. J’avais lu sur l’un des 54 sites compulsés la veille, qu’il était important de savoir si ils avaient une vie sexuelle épanouie, si ils ne s’étaient pas disputés avec leur femme ou leur homme. Après une rapide réunion avec moi même, nous décidâmes de la fermer sur ces derniers points. Je me contenta d’un bref, « bonjour j’ai peur ». Ils avaient l’air blasé. Je pris ça pour un signe rassurant.
La voiture s’est arrêtée au milieu de nulle part, une vague étendue d’herbe qui tombait à pique. « Allez on descend ».
Beaucoup trop rapidement le parapente a été préparé, j’ai été harnachée pendant que mon binôme me donnait les consignes:
– Manue (oui il a sans doute trouvé que ça faisait plus cool de me donner direct un surnom) quand je te le dirais, tu cours, tu vas avoir envie de reculer ( oui oui j’avais tout lu dans mes lectures compulsives sus nommée)(mais comment vais je pouvoir courir avec cette espèce d’immense couche culottes collées aux cuisses???)MAIS tu recules pas, tu restes debout et tu cours. Si tu cours pas on tombe
– ….
– une fois en l’air tu attrapes ces sangles pour t’asseoir et tu passes tes bras par dessus ça
– mais… ok… (inspiration, expiration)
Pendant ce temps là le papy intrépide s’élança tout droit vers son destin à coté d

14 commentaires

  1. LN

    Mais c’est quoi les sites que tu lis pour connaitre la vie sexuelle des parapentistes !!!!!!

  2. Claudia

    Bravo Manuuuuu !
    Ça me donne presque envie de te chanter le générique d’extrême limite
    Bon, on fait quoi la prochaine fois ?

    • Madame Parle

      ouais où on s’envoie en l’air???

  3. maman@home

    Putain tu m’impressionnes de plus en plus tu te fixes des défis de plus en plus fous toi ! Mais t’as pas sauté seule, si ? Je croyais qu’on était accompagné pour le premier saut?

    • Madame Parle

      mais noooooonnnn j’avais un mec dans le dos :)

    • Madame Parle

      aucune idée je suis imprévisible :p

  4. Mike

    Le récit donne vraiment envie et les images sont magnifiques. Par contre moi qui ai le vertige…

    • Madame Parle

      il n’y a pas de vertige en parapente car rien ne nous rattache au sol! allezzzzz

  5. Claire

    Je viens de faire mon premier vol en parapente au dessus des Alpes aujourd’hui. Génial!!! Mais j’avais les chocottes aussi au début. Et pendant quand ca bougeait trop. Mais des paysages!!

    • Madame Parle

      PAREIL mais youhou on est trop fortes !!!