Coach pour quoi faire?

coachingCoach, je veux être coach!
Je manque définitivement de temps en ce début d’année mais il est quand même impossible de reprendre mon travail à 100%, commencer une formation à l’université et de maintenir tout le reste. je dois faire des choix.

Je suis retournée sur les bancs de la fac depuis le mois dernier et j’ai récupéré par la même occasion ma carte d’étudiante. Je l’ai de suite rangée pour être sûre de ne pas la perdre! Depuis dès que je vais quelque part je demande si ils font des réductions… J’adore voir la tête des gens. Bah quoi?

Durant ces quelques jours j’ai pu appréhender un peu plus ce que serait mon année et préciser le métier de coach.

Pendant 14 mois, je vais assister à des cours en amphi mais aussi appliquer la théorie en travaux pratiques. Je vais devoir coacher 4 personnes à raison de 10 séances d’1H30 chacune. J’ai un mémoire à écrire d’une soixantaine de pages et quasi tout autant de livres à étudier. Je ne risque pas de m’ennuyer. Je n’appréhende pas trop l’écriture en venant ici très très régulièrement depuis bientôt 7 ans, je suis quelque peu entrainée. Lire ça va être plus compliqué à caser dans mon planning et apprendre les cours n’en parlons pas.. Ma mémoire n’est plus trop entrainée…

Nous avons défini un peu plus le métier de coach. Ce terme est complètement galvaudé depuis quelques années et tout le monde se dit coach en tout et n’importe quoi. C’est d’ailleurs comme ça que ma fille m’ a dit « quoi tu vas vraiment apprendre à faire coach à the Voice? ». Fin du game!
Le mot coach vient de cocher, celui qui conduit des coches, des diligences. Ainsi le coach est celui qui conduit quelqu’un d’un point A à un point B avec un objectif précis.
Le coach se différencie d’un psy, parce qu’il ne soigne pas et que l’accompagnement est limité dans le temps. Un coaching a une durée de 6 mois en moyenne.
Ce n’est pas un gourou car il s’appuie sur des connaissances théoriques et non sur des croyances.
Dans quel cas on va voir un coach? Ca peut être au sein de son entreprise, pour passer un cap, une prise de poste, un changement, gagner en leadership, gagner en aisance… Mais ça peut aussi être pour accompagner une crise dans sa vie perso, gagner en confiance, se rassurer dans ses compétences de parents, accompagner sa grossesse…

Ce que j’apprécie tout particulièrement dans ce métier, c’est l’idée de faire avec le coaché. Il ne s’agit pas de conseil mais d’aider la personne que l’on accompagne à trouver les réponses qui sont en elle. Comme l’a dit une intervenante, on part du principe que l’autre est une merveille. La bienveillance est une des valeurs forte de ce métier ainsi que le non jugement. Qui suis-je pour l’autre? De quel droit je peux juger ses attitudes? Le coach n’est pas super Nannie. J’ai regardé hier une partie de l’émission et je l’ai trouvé terriblement jugeante…
Le coach aide la personne à définir clairement ses objectifs en posant des questions. Une fois ce dernier posé on avance ensemble avec parfois l’aide d’outil pour atteindre en 10 séances ces objectifs. On vise l’autonomie de la personne et en aucun cas une dépendance. Le coach s’appuie sur des théories selon sa sensibilité: la systémie, le comportementaliste… Je n’en suis qu’au début!
Le chemin peut être houleux par moment le coach pourra aller chercher dans la personne des ressources qu’elle ne se connaissait pas et ça peut être difficile de sortir des sentiers battus. L’idée est de sortir aussi un peu de sa zone de confort pour avancer.

J’ai encore beaucoup à apprendre pour m’appuyer sur de la théorie. Mon parcours professionnel m’a d’être plutôt à l’aise dans les relations d’accompagnement. Je suis fortement sensibilisée au non jugement et à la bienveillance. Je sais poser des questions pour affiner les demandes et je sais aussi trouver le point sensible et faire du lien dans l’histoire des gens. Je me retrouve vraiment très bien dans cette profession qui exclue la notion de hiérarchie qui biaise l’accompagnement.

Je vais affiner au cours de cette année mes envies. Mais j’aimerais dans mes 4 coachings peut être accompagner un père ou une mère seule dans sa conciliation vie privée vie professionnelle, pourquoi pas une femme enceinte, une personne dans son cadre professionnelle et pourquoi pas une star! Ouais soyons fous, coach de star ça claque et ça pourrait enrichir ma collection de selfie!

 

 

 

2 commentaires

  1. Virginie

    Bravo pour cette initiative, tu vas apprendre plein de choses, et j’espère, trouver l’épanouissement que tu cherches.
    Je suis en reconversion aussi en quelques sortes, tout ça me parle en tous cas. Belle année et bon courage pour les leçons à apprendre ;-)

    Répondre
    • Madame Parle

      Merci Virginie!!! Tu veux faire quoi? tu as besoin d’un coaching??? :p

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)