Coach toujours!

coachVoilà 6 mois que j’ai entamé des études de coaching. J’ai repensé il y a peu à une conversation que j’avais eu avec Sophie un soir après plusieurs verres. C’était il y a 3 ou 4 ans maintenant. Je ne savais pas trop où j’allais ni dans mon couple ni dans mon travail. Elle m’avait parlé du métier de coach et je me souviens l’avoir fait très vite taire. Envisager un changement professionnel était alors trop difficile à entendre pour moi. Je suis fille de fonctionnaire, moi même fonctionnaire depuis quasi 20 ans. J’ai la sécurité de l’emploi, la fameuse.
Puis j’ai continué ma route.
Au détour d’un autre chemin j’ai croisé Garance. Elle avait fait le desu pratique du coaching à Paris 8 et m’en a parlé. J’ai écouté un peu différemment cette fois là. c’est une question de moment.

Il y a deux périodes importantes professionnellement dans la vie des jeunes de ma génération, ces nouveaux quadras épanouis.

Il y a eu ces choix à faire au lycée. Pour ma part je n’avais absolument pas pu déterminer ce que j’aimais faire. Mais les études ne servent pas vraiment à le repérer. on a tendance à nous faire travailler les matières où l’on est le plus faible afin d’essayer d’atteindre un niveau égal en tout. Aujourd’hui avec les recherches en psychologie positive on sait qu’accentuer les domaines que l’on sait et aime faire est un vrai plus pour l’épanouissement et cela irradie sur le reste.
Petite je voulais faire pédiatre et soigner les enfants. J’ai perdu l’envie en route. La conseillère d’orientation m’a parlé d’orthophoniste, pourquoi pas. J’ai pas réussi les concours. Infirmière comme maman? Pourquoi pas… J’ai suivi les études anesthésiée. Etre face à la mort à 18 ans c’est tôt…
Et puis puéricultrice en comptant les jours jusqu’à mon premier salaire.
Et puis l’hôpital, de nuit, à reculons…
Puis la crèche.
Je n’étais  pas très fortiche en changement 19 ans de mariage et la médaille des 20 ans dans mon job…
Mais c’est sans compter sur cette seconde période de vie: la crise de la quarantaine.

La crise de la quarantaine c’est une tempête interne.
Un jour je me suis levée en me demandant pourquoi je vivais cette vie là et comment je pourrais en sortir. Et tous les soirs je me couchais en me disant qu’il n’y avait aucune issue possible que j’étais condamnée à revivre chaque jour de la même façon jusqu’à ma mort. J’avoue c’était pas une période bien funky.
Mais c’est une chance de la vivre car ça bouge tellement à l’intérieur que la suite ne peut être que belle. Comme le dit le grand philosophe Amir « c’est quand on y croit plus du tout qu’on trouve un paradis perdu en nous ». Et c’est ce qui s’est dessiné petit à petit. J’ai construit mon présent dans ma réalité. Je suis devenue une version encore plus juste de moi même. J’ai gagné en authenticité et en force.

Ce que je sais faire de mieux dans la vie c’est écouter, questionner, faire du lien, positiver. J’ai souvent voulu aider des gens qui n’avait rien demandé, par habitude puis par lassitude.

Aujourd’hui je me sens totalement alignée dans ce métier que j’apprends un peu plus chaque jour.
Il regroupe tout ce que je sais faire et tout ce qui me procure du plaisir.
Je suis forte de mon histoire, de mes hésitations, de mes choix, de mon inertie, de mes douleurs, de mes victoires.

Je peux vous donner la main au coeur de la tempête,
je peux vous aider à débroussailler le chemin,
je peux vous guider dans cette nuit noire.
Je sais être là à vos cotés
et vous aider à sortir cette force,
à écouter cette petite voix qui sait ce qui est bon pour vous.
Je crois profondément en Vous.

5 commentaires

  1. marjitj

    Pfiouuu cet article… Je te suis depuis quelques années maintenant (même si je ne commente quasiment jamais), et cet article me remue pas mal.
    Je suis en plein questionnement sur mon avenir, j’ai déjà fait un grand pas en renonçant à l’avenir qui m’était tracé (quel soulagement!), entre reprendre mes études pour être psychologue ou pour être coach… L’un est proche de l’autre en étant tellement différent… et je doutes un max!!!
    Bref, je lis avec appétit tous tes billets sur le sujet… Et je crois que ça me perturbe beaucoup…. Mais en positif hein!
    Bravo en tous cas, c’est pas facile le changement, mais quand on a compris que l’on pouvait changer…. ça fait tellement de bien!!

    Répondre
    • Madame Parle

      Hello! hésite pas à me contacter si tu as envie qu’on en parle :) Merci pour ce commentaire!

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)