Deux étoiles

douceur parisienne
Il y a 20 ans, j’en avais à peine 20. J’étais étudiante et débutais une histoire d’amour. J’avais la vie devant moi. A peine sortie de l’enfance, encore chez mes parents, je rêvais de liberté.
Pas à l’aise avec mes émotions je les vivais par procuration. Je ne me souviens pas avoir pleuré devant les bleus de 1998.

Cette première étoile.
Je regrettais de ne pas être au bon endroit.

Vingt ans ont passé.

Je regarde celle que j’étais et j’ai envie de lui parler.
J’ai envie de lui dire que les choses ne restent pas figées.

Ce garçon que tu aimes tu vas l’épouser et tu auras deux magnifiques enfants avec lui.
Tu ne le sais pas encore mais tu vas atterrir en crèche et tu aimeras accompagner les familles et les équipes.
Tu crois que ta vie est tracée.
Mais elle va bifurquer.
Ce n’était pas l’homme de ta vie.
Ce n’était effectivement pas les bonnes études.

Tu vas vivre des choses folles.
Et la plus dingue de toute: tu vas te rencontrer.
Tu vas découvrir la force que tu cachais en toi.
Tes larmes de tristesse vont aussi exprimer de grandes joies.

Tu vas découvrir un autre amour.
Différent, perturbant, et grand.
Tu vas avoir envie de construire le métier qui te convient et décider un peu plus de ton quotidien.
Tu vas voyager.
Faire des rencontres incroyables.

Tu vas voir.
Le monde bouge.
Tu vas connaître des attentats de beaucoup trop près.
Mais tu vas comprendre le prix de la vie.
Tu vas rester debout avec l’aide de tes amies.
Ton ex d’aujourd’hui deviendra ton meilleur ami  

Tu vas t’aimer
Infiniment.
Inconditionnellement.
Je te jure.
Tu vas même essayer le naturisme.

Tu vas croire en toi avec des hauts et des bas.
Mais toujours plus fort.
Certains amis d’aujourd’hui seront toujours là.
Pas forcément ceux que tu crois.

Et puis ces Champs Elysées noir de monde en 1998.
Tu les reverras.
Tu vibreras encore pour les Bleus.
Encore plus fort.

Dans 20 ans tu seras dans un bar les yeux rivés sur un écran.
Tu crieras, tu sauteras de joie.
Tu seras pleinement vivante.
Heureuse.
Par dessus tout.

Et tu pleureras.
De joie.
Tu réaliseras tout ce chemin.

Tu réaliseras combien le temps n’est rien.
Une poignée de secondes.
Une promesse d’infini.

Et c’est déjà fini.  

Deux étoiles au firmament.
Deux étoiles  

Leave a Reply to Dumartin

  • (will not be published)