L’entre deux

euxL’entre deux cette période que je déteste le plus au monde. Ces moments où tu sais que tu vas partir, quelque part vers un autre inconnu. Cet état qui se situe entre la tristesse de l’au-revoir et la joie du bonjour.

Je navigue depuis que j’ai gagné ce séjour en Nouvelle Calédonie entre ces deux émotions.La joie immense de découvrir le Monde, cette chance inouïe de ce voyage improvisé et puis cette peur qui me retourne le ventre et me fend le coeur de devoir mettre 17 000 Km entre mes enfants et moi.

La pharmacienne me l’a dit hier, un tel voyage restera un rêve pour bon nombre de personne, vous êtes nombreux sur facebook à envier cette liberté sans enfant. J’avoue ne pas y avoir pensé aveuglée par cette séparation. Depuis que mes enfants sont nés je n’ai jamais passé plus de deux jours  avec mon mari sans eux. Je n’y ai même pas pensé. Quand Elodie a évoqué ce vent de liberté qui soufflait sur moi j’ai percuté. Je ne connais plus ça. La dernière fois en 2006, c’était dans le bordelais, la route des vins. Je ne me rappelle même pas de ce que l’on fait sans enfant. Enfin si sur deux jours et à portée de portable. Là je change de fuseau horaire, d’hémisphère.

Il y a l’avant et puis les enfants.

Ce petit être qui se niche au détour de la vie au creux de Nous. Qui grandit au coeur de nos vies, de nos tripes. Ce lien si fort, viscérale qui se crée à ce moment là ne s’effiloche pas. Il se rappelle à nous au gré des expériences de la vie. Les premiers pas, les premiers mots, le premier pot puis l’écriture, la lecture… Toutes ces expériences de vie nous rappellent la séparation originelle ou définitive La naissance, la notre, la leur, inscrite dans nos entrailles. Et, puis des fois ce lien se réveille tellement plus intensément.

Je crois que je ressens tout cela d’autant plus fort que comme une naissance je flirte entre plaisir intense et peur de la perte. Partir loin, partir haut, partir longtemps peut raisonner dans différentes dimensions.

Je suis dans l’entre-deux. J’ai fait leur valise à eux et sorti la mienne. Je dois clôturer des dossiers et me vernir les ongles des pieds.

Demain je vais leur dire au revoir. Je vais pleurer, une fois la porte fermée. je vais avoir peur, je vais avoir mal, je vais comprendre le poids du manque. Puis je vais regarder le lagon si bleu, je vais penser au soleil couchant et repenser à nous avant!

9 commentaires

  1. manou

    Très belle réflexion… Pour moi cet entre-deux c’est osciller entre l’amour maternel incomparable que l’on porte à nos petits monstres et ce sentiment de liberté d’être juste soi, une femme….

    Répondre
  2. Carine

    Je lis tes mots et je revis ma première séparation d’eux… cette séparation qui a été si dur, sûrement parce qu’elle se cumulait à une autre…
    Je ne les autre vais jamais laissé, ils n’avaient jamais passé une nuit loin de moi… mais un jour, ma vie a changé, je me suis séparé, cette séparation amoureuse m’a obligé à me séparer d’eux… une semaine sur deux…
    Depuis, je flirte régulièrement avec « l’entre deux »… qui est définitif… et très souvent déstabilisant…
    Merci pour ces mots qui parlant de vérité, de ce sentiment qui nous habite dès qu’ils sont loin de nous…
    Profite de ce voyage, des couleurs, des odeurs… c’est aussi ça la vie !!

    Répondre
  3. MamaFunky

    Cam ‘a fait a peu près la même chose pour mon voyage à New-York l’an dernier.
    Ma grande était en classe de découverte pendant 10 jours c’était le moment idéal, je n’avais que mon fils à caser.
    Le jour du départ c’était chaud…. Je ne me suis pas sentie bien. Et puis, 8h d’avion plus tard, l’Amérique, New York et la liberté.
    Je te jure que tu vas kiffer. Tu penseras a eux c’est sur mais tu vas KIFFER !!!

    Répondre
  4. MaBlogAttitude

    C’est magnifique, tu m’as mis les larmes aux yeux ! C’est sur que c’est une première vraie séparation. Ils vont te manquer c’est certain mais te retrouver avec ton homme va vous faire tellement de bien. Lors de notre voyage de noce, ma petite puce n’avait que 10 mois. Ca a été super dur mais le fait d’être en mouvement permanent, visites, … a rendu la séparation un peu moins difficile. Profite de cette chance de vous retrouver en amoureux et ensuite de celle de vous retrouver en famille. Bon voyage !

    Répondre
  5. Evelyne Untibebe

    Te lire en écoutant Untitled d’Interpol c’est terrible. Tu m’as prise aux trippes.
    Je comprends ton sentiment. Pour ma part j’ai déjà été séparée de ma grande une semaine mais je t’avoue que la distance me ferait un peu peur… Mais à côté de ça, je me dis qu’il y a tant de belles choses à vivre !
    J’ai hâte de te lire nous relater ton joli séjour et de voir tes belles photos. Tu vas passer des moments merveilleux en amoureux et ça c’est une grande chance !
    Je t’embrasse ma belle, mon Idéal :)

    Répondre
  6. denisbdy

    Tu vas voir c’est une expérience fabuleuse et tu vas réellement souffler. C’est comme un break pour le couple en moins hypocrite ;)

    Répondre
  7. Eve & Rose

    Les premiers jours seront surement un peu difficiles mais vous avez tellement de choses à découvrir ! Vous reviendrez le coeur léger, la tête remplie de souvenirs et avec beaucoup d’histoires à leur raconter…. Ils seront, c’est certain, très fiers de leur maman aventurière !
    Très beau voyage
    Caroline

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)