Entre Paris et Tokyo

the skyMes chers enfants je pars, je vous aime mais je pars
Vous n’aurez plus d’maman ce soir
Je m’enfuie pas je vole
Comprenez bien je vole
Sans fumée sans alcool je vole
Je vole

C’est d’ailleurs en direct des airs quelque part entre la Russie et le Japon que je vous écris.

Je suis une citoyenne du Monde, une âme de l’univers.

J’ai vécu des moments d’angoisse profonds comme je n’avais pas eu depuis longtemps. J’ai pensé à la naissance de mon fils quand il m’a été retiré pour passer une nuit en couveuse pour cause d’ictère, au jour où j’ai dit au revoir à ma grand-mère et la douleur dans cette église montmartroise ou encore ma première grosse rupture sentimentale.

J’ai ressenti le manque et la déchirure profonde. L’idée d’être séparée de mes enfants de 17 000 km a été violente pour moi.

A la moindre turbulence mon cœur pleure à nouveau.

Alors je bois, je mange et je tente de m’évader dans les films ou les musiques à la demande.

Je ne sais quelle jolie fée s’est d’ailleurs penchée sur mon fauteuil de boeing 777 mais nous avons eu la chance d’être surclassés en classe premium. A nous les écrans, plus grands, le champagne et le bonheur de savourer cette chance incroyable de vivre ça.

J’ai les yeux bouffis d’avoir tant pleuré. Vous qui n’avez pas encore d’enfant profitez de cette liberté incroyable et évidente pour qui peut l’entendre. Pour notre voyage de noces nous étions partis aux Maldives, je ne me souviens pas d’avoir eu si peur en quittant le tarmac. J’étais avec mon mari, ma raison de vivre. Depuis deux petits êtres sont venus agrandir notre famille et chiper un bout de mon cœur. Alors quand je m’éloigne un peu je manque d’air et vis un peu moins bien. Là c’est un grand départ, tellement loin.

J’espère que cette douleur est une avance sur le jour où ils rentreront plus tard de soirée, où qu’ils m’annonceront qu’ils partent vivre ailleurs.

J’ai encore un peu de mal à me projeter.
Je tâche de me détendre et d’apprécier ce temps entier tout à moi.

Je croise aussi les doigts pour que nos bagages ne se perdent pas à Narita et arrivent à Nouméa. J’espère trouver le bon avion car mon mari a un dossier, moi un autre e du coup lui est déjà enregistré, pas moi…

Nous avons 4 heures de transit là bas avant de reprendre un autre avion. Je tâcherai de trouver une zone wifi pour vous donner de mes nouvelles.

Quoi qu’il arrive vous dormirez bien profondément probablement quand je publierai.

Je devrais arriver en Nouvelle Calédonie à l’heure de votre déjeuner.

Pour me suivre c’est sur instagram @madameaparle et sur la page facebook Parler de ma Vie

 

 

 

4 commentaires

  1. Lexou

    Je ne peux que comprendre ce que tu ressens, je ne pars pas loin bientôt, à Oman, pour le boulot, mais j’ai horreur de laisser ma fille et mon chéri c’est particulier comme sensation.Je te souhaite de savourer ce si beau voyage parce qu’il est magnifique et que la destination est visitée par trop peu de gens faute de temps de budget et de kilomètres.tu me raconteras tout Ca j’ai hâte de suivre tes aventures la bas

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)