Face à la tempête

dans la tempèteDes années que je m’entraîne à résister face au vent. 

Des années que je veux plier mais ne jamais rompre. 

Depuis que je suis maman, je découvre de nouvelles émotions.
Celles de mes enfants. Celles là même qui réveillent les miennes les plus archaïques. 

Les pleurs de mon fils me déchirent. Ils étaient insupportables pour moi. A peine ouvrait-il la bouche, bébé,  que j’y mettais mon sein nourricier et apaisant.
Pour moi.
Pour lui.
Ne pas pleurer.
Jamais.
Ne surtout pas prendre le risque de réveiller mes solitudes et incertitudes.  

Puis il a grandit.
Puis j’ai grandit. 

J’ai toujours cheminé un peu plus vers moi. 

J’ai appris à résister.
J’ai appris à discuter, à négocier avec ses colères.
Des heures.
Ne pas lâcher.
Ne pas perdre et casser ce fil.
La colère comme briseuse d’amour ?

Ne jamais laisser faire.
J’ai perdu patience.
J’ai tapé…
J’ai eu honte.
Tellement.
Je me suis détestée.
J’ai pleuré.
Beaucoup. 

Et j’ai continué de parler.
A mon Psy.
J’ai appris à ressentir mes propres émotions.
Celles que j’avais tues pour être anesthésiée et supporter. 

J’ai entendu mes peurs, mes tristesses et mes joies aussi.
Les miennes puis celles des autres. 

Ce soir mon fils a traversé une tempête.
Je suis fière d’avoir gardé le cap.
Je ne suis pas rentrée dans son tourbillon d’émotions.
Je suis restée à côté.
Solide.
Rassurante et cadrante. 

J’ai pris sur moi.
J’ai soufflé.
J’ai résisté.
J’ai renoncé à ma soirée aussi.
Il venait me voir pour se ressourcer sur une île, un peu perdu dans cet ouragan.
Et puis quand il a commencé à s’apaiser je lui ai dit: 

«  mon chéri je serai toujours là dans la tempête. Ça va peut être  tanguer, ça va peut être souffler, fort, mais je serai là et je t’aimerai toujours, inconditionnellement. »

Il m’a serré fort dans ses bras.
Puis moi je suis partie tout bas.
Et j’ai pleuré.
Mes larmes pleines de ses maux apaisés. 

12 commentaires

  1. cesdouxmoments

    Les enfants nous apprennent tellement sur nous -même. Ne t’inquiète pas on a tous des moments où on craque et je crois qu’ils le savent. Malgré cela ils renouvellent leur confiance et l’important est de rester pour eux cette épaule sur laquelle s’appuyer

    Répondre
    • Madame Parle

      oui tu as raison… il y a des semaines plus éprouvantes que d’autres…

      Répondre
  2. caze

    Bravo je n’arrive pas encore à résister quand la tempête est trop forte et je m’en veux terriblement….

    Répondre
  3. Ysaline

    Bonjour,

    Je me retrouve parfois dans votre situation…
    Merci de votre témoignage.

    Bon week-end !

    Répondre
  4. lu phine

    Ça fait quelques mois que j ai fait votre connaissance au travers du billet sur le concert de Veronique Sanson. Il m à émue tellement il disait bien ce qu’elle est et depuis je vous suis un peu partout et tous les sujets que vous abordez me touchent et me parlent dans une période un peu plus difficile que d’autres alors juste merci. Cette situation avec votre enfant une fois de plus tellement bien décrite… à bientôt et merci pour tous ces textes qui nous font du bien. Continuez de parler madame

    Répondre

Leave a Reply to Madame Parle

  • (will not be published)