Faut-il publier avec ou sans filtre sur Instagram?

instagramFaut-il publier avec ou sans filtre sur instagram?
Normalement tu ne devrais pas être passé à coté de ce réseau social en vogue depuis quelques années. C’est un réseau qui met à l’honneur les photos avec des légendes plus ou moins longues. Il y a ceux qui y partagent leur vie sans filtre et d’autres qui se retouchent ou se censurent. D’après un sondage fait sur mon instagram, 70% des gens se censurent dans leur publication et et 67% se sont déjà sentis triste ou en colère devant une photo.

Mais pourquoi autant d’émotions ? Que se joue t-il à cet endroit précis?

On réclame des portraits sans retouche. On écrit sans fard sur son cancer, on montre son cul avec cellulite. On veut du vrai.

Tout à la fois on continue de publier du beau, du retouché, de l’édulcoré. On aime montrer nos lieux de vacances au coucher de soleil, nos plats colorés.

Je crois que nous apprécions la beauté des choses en regardant ce qui est plus laid. Il n’y a pas une face ou l’autre de la pièce. Les deux sont indissociables.
J’apprécie la pluie d’autant plus que j’ai failli mourir de chaud avec les 42 de température à Paris pendant la canicule.
J’aime les couchers de soleil sur l’océan parce que j’ai fait une overdose de béton gris et d’immeubles trop hauts.

Les réseaux sociaux sont bien souvent le révélateur de ce que l’on peut vivre à l’intérieur.
Si l’on a une soif maladive de montrer toujours plus c’est à la hauteur du vide intérieur.
Si l’on voit dans les autres une exposition de richesse c’est que l’on accepte pas sa situation personnelle.
Si l’on se met en colère de telle ou telle chose c’est qu’elle fait écho à une difficulté qui nous appartient.
Si l’on se crée des amitiés virtuelles c’est que c’est peut être compliqué d’en avoir en live.
Si je suis en colère face à une maison bien rangée, c’est que j’ai sans doute une grosse culpabilité de ce coté là.
Si les familles parfaites me rendent dingue en photo et je hurle au fake, c’est que je n’assume pas quelque chose de mon bazar…
Si un commentaire me touche c’est peut être que le doigt est mis sur un sujet qui me titille.

Les réseaux sociaux sont des catalyseurs d’expression de nos vies.

Si on prend le temps de l’analyse, c’est une occasion parfaite de se connaitre un peu plus. On peut même creuser le sujet pour débusquer une croyance qui nous pourrit la vie.

Exprimer sa colère, sa tristesse face à une photo ca reste aussi une bonne façon de l’exprimer. Peut être qu’en revanche la personne à qui on la donne n’y est absolument pour rien. Les émotions non exprimées au bon moment sortent à un moment ou à un autre.
Nous avons appris à ne rien en faire ou plutôt, si à les gérer, les taire..
Mais c’est une connerie elles ne demandent qu’à sortir et quoi qu’il arrive elles y arriveront.
Peut être que mettre un peu plus de conscience dans notre ressenti permettrait de le mettre au bon endroit.

Prenons le temps de nos réactions plutôt que nos publications.
Quand j’ai envie de commenter une photo, de critiquer une personne ça part d’ou chez moi et ca voudrait toucher quoi chez l’autre? C’est quoi mon intention? Est ce que je suis complètement honnête avec moi même et le travail ne serait-il pas à faire  sur moi plutôt que sur insta? N’ai je pas plutôt quelque chose de ma propre vie à remettre en question?

C’est là que nous devrions mettre nos filtres.
Sur nos réactions.
Si telle ou telle photo est épidermique prendre le temps de se demander ce que ça dit de moi.
Il y a autant de réalités que de personnes sur Terre. 8 milliards de réalités différentes.
Comment réfléchir à ce que l’on peut dire ou faire qui pourrait leur convenir à tous ?
C’est bien impossible. La prise de conscience est à faire du côté de celui qui reçoit.
Alors continuons de montrer nos fesses retouchées ou sans filtre. Continuons de montrer nos meilleurs points de vue ou nos failles. Si cela nous fait plaisir de partager pourquoi se censurer?

Mais en revanche mesurons nos réactions.
Prenons le temps du petit pas de côté.
Se rappeler combien les autres parlent d’eux peut être salvateur.

Et puis pssst faut que je t’avoue un truc tu peux toujours arrêter de regarder les gens qui te saoulent.
Ah? Quoi? Tu aimes bien critiquer en fait..

Nous en sommes là de notre Monde. Les réseaux sociaux en font partie. Ils y sont entrés bien vite. A nous de reprendre conscience de ce que l’on aime y trouver, de faire le tri salvateur.
Nous sommes responsables de nos vies. Personne à priori ne vous y a inscrit et vous force à regarder ce qui vous fait mal. C’est une question de choix. Qu’est ce qui est bon pour moi?
Vous êtes responsables de votre bien être.

Alors tu te situes comment toi? Tu es de ceux qui publient sans te soucier du qu’en dira-t-on ou tu te censures?

Déposer un commentaire

  • (will not be published)