Ma parisienne 2016

2016 Celebrity Red Carpet DressesIl y a quelques années je ne sais plus très bien quand, j’avais participé à Odysséa, une course de 5KM. C’était ma première mais j’avais un peu sabordé le truc en allant manger une raclette la veille, en me couchant tard et en trinquant comme si de rien n’était. Je n’assumais pas vraiment de courir.

Il y a eu la color run en avril, à nouveau 5km. Je venais de commencer et j’ai beaucoup alterné marche et course.

Et puis la parisienne. Ca me paraissait depuis longtemps inaccessible, courir quasi 7 kilomètres…  J’ai mis pendant bien longtemps le sport de coté dans ma vie, la faute à la routine, aux grossesses ou que sais-je encore.
Je cours depuis 5 mois.
En mai j’avais déjà publié un bilan. Je ne faisais à l’époque que des périodes alternées. Je me suis inscrite à ce moment là à la parisienne pensant que j’avais largement le temps de m’entrainer.

Petit à petit j’ai tout réunifié et je faisais des sorties de 30 minutes.
Je vais toujours lentement mais je finis quasi tout le temps avec l’envie de continuer et le souffle correct.
Cet été j’ai pas pu courir beaucoup. A la montagne j’avais déjà du mal à marcher, en Turquie sous des 40 degrés à l’ombre et des nuits arrosées impossible, puis la canicule à Paris fin aôut…
Je commençais à stresser.
J’arrivais tant bien que mal à faire des sorties de 4km… Il m’en manquait presque 3…
A quoi bon faire une course si je la fais en marchant…
La semaine dernière gros coup de stress. J’ai demandé conseils sur les réseaux sociaux pour ne pas avoir trop honte. Vous êtes nombreux à m’avoir encouragé! Merci à ceux qui croient en moi quand je doute.
Et puis lundi, un petit crachin, de la bonne humeur et hop-là, voilà que je cours 7km!!!
J’étais donc confiante et finalement prête!

Vendredi je suis allée chercher mon dossard et j’ai commencé à sentir l’excitation monter en moi, une espèce de courant électrique qui m’envahissait. C’est donc ça l’adrénaline?
Monique aussi (enfin elle a un autre prénom en vrai) se préparait de son coté. Elle était plutôt stressée. Alors on a papoté et on s’est donné rendez-vous pour le départ.

Samedi veille de la course, j’ai mangé des féculents, arrêté l’alcool, bu beaucoup d’eau…
La parisienne c’était mon marathon à moi!

Dimanche.
Réveil à 6h48, le temps de me préparer, de prendre le petit dej’ et de gérer les enfants…
Dans le métro je reconnais aisément les coureuses avec leur dossard, on se regarde avec des sourires complices.
9h j’arrive dans le village. Je suis loin d’être la seule mais j’ai retrouvé Monique alors on papote gaiement.
On avance, on avance.
Puis plus.
Les départs se font pas des rotations de 7 minutes. Nous avons attendu longtemps, très longtemps au pied de la Tour Eiffel… J’avais presque faim et envie de faire pipi… Mais pas de toilettes. Un petit crachin par contre…

Vers 11h15, enfin le départ est donné du trocadéro! Avec Monique on se dit chacun sa vie rendez-vous à la fin!
Pas simple de remettre l’envie en route après toute cette attente.
Je ne vois pas passer le 1er kilomètre et c’est déjà un tunnel. Je cours avec ma foulée habituelle sans tenir compte des autres. Je mets ma musique aussi pour me concentrer.
Les deux autres kilomètres s’enchainement assez vite. On passe devant la concorde et la grande roue et puis au loin le Louvres. Je suis joie en voyant toutes ces nanas qui marchent que je rattrape ! Bien fait! Le lièvre, la tortue tout çà…
Je peine un peu dans le 4ème, heureusement il y a un point ravitaillement sur le pont qui entame le retour vers le troca.
Je suis à l’aise, toujours le même rythme. Je prends soin de snaper un peu la course. Je regarde les autres. L’ambiance est très sympa. J’alterne des moments à écouter les groupes sur le bord et d’autres plus recentrés sur moi avec ma musique.
Le 6ème arrive. Je fatigue quand même. Et puis on sort des quais et là on passe sous une porte avec des paillettes, je pense que c’est l’arrivée mais comme personne n’arrête de courir j’ai un doute… Et mince. J’active un peu mon allure j’aimerais passer la ligne en dessous d’une heure.
DONE
59mn et 16s.
J’ai une marge de progression mais quand je pense à toutes ces années où je m’imaginais incapable de faire ça je suis très fière de moi!
En route pour les 10?

10 commentaires

  1. Ma poussette à Paris

    Bravo ! C’est grisant les courses et c’est en en faisant qu’on trouve l’envie de continuer ! J’ai commencé à courir il y a 2 ans et demi et c’était ma 3eme parisienne, j’ai gagné plus de 10 minutes depuis la première. C’est ca qui est sympa avec le running on progresse et clairement ça vide la tête !
    Bon courage sur la suite et c’est sur après 7 tu peux faire 10 !
    Bisous

    Répondre
  2. sabine

    Ahahaha ouais l’arche LG avec les confettis blancs et rouges, je me suis dit « j’espère que certaines ne vont pas s’arrêter là » . C’était hyper traître.
    C’est ça qui est bien avec la course. Tu penses ne jamais tenir 2 mn et puis 6 mois après tu cours 1H.

    Répondre
  3. lespetitesm

    Juste wahou! Bravo, tu peux être fière :) Et c’est en faisant qu’on a envie de continuer :) Alors enjoy!!!
    Des bises!

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)