C’est le temps de l’Amour, maintenant

notre dame

Notre Dame ce 15 avril 2019

Il y a ce temps long et il y a ce temps court.
Il y a eu ce moment, comme médusée, où j’ai vu cette image de Notre Dame envahie par le feu.
Choquée, prostrée, j’ai compulsivement cherché à me rassurer.
Et puis je n’ai pu nier.
Ces images en boucle.
Ces images d’impuissance et lancinante.

Cette évidence, comme oubliée que les éléments reprennent leurs droits à un moment ou un autre.
Que la vie est une boucle.
La vie, puis la mort inexorablement.

Il y a le temps long, par delà nous.
Ce qui nous précède et nous succédera. Ce qu’on lit dans les livres, ce que l’on nous transmet.
Il y a ce temps des constructions, du travail des hommes.
Elle était là.
Parisienne, mes pas m’ont souvent guidées à elle.
Au milieu de la nuit, déambulation de mes égarements.
Au milieu de ma vie en l’honneur d’un sacrement.
Ou encore à ses abords sur le pont de l’Evéché, avec mes larmes ou mes joies comme offrande.
Elle était là, solide, repère.

Et elle s’est affaiblie devant nos yeux ébahis, attaquée par le feu.

La vie a donc une fin.
Les choses qui nous entourent ne sont donc pas inébranlables?
L’homme ne peut pas tout.
Cet évènement nous rappelle notre impuissance.
Ce temps court qui emporte en un rien de temps des années de labeurs et de prières.
Ce temps court.
Une seconde à peine où tout peut basculer.
Cette impermanence.
Qui ne fait que nous rappeler notre raison d’Etre.
Cette finalité.

Mais c’est aussi un autre temps.
Celui plus grand, qui nous transcende.
Celui qui était avant nous et sera pr delà nous.
Celui qui nous inscrit dans cette humanité.
Le temps des cathédrales, le temps du futur.
Celui de nos ancêtres et de nos enfants.
Nous ne sommes que petits face à cette immensité.
Nous sommes un bout de ce Tout.
Une fraction de seconde de cet Univers.
Nous ne sommes pas dans un lieu saint.
Nous sommes ce lieu Saint.
Chacun de Nous possède en lui un peu de ces prières peu importe sa religion.
Le divin ou l’Univers n’ont pas besoin de lieu pour Etre.
Nous sommes une partie du Tout.

C’est aussi le temps court.
Celui de la prise de conscience, de la Vie.
Celle qui court, file et défile.
Celle que l’on déroule en se remémorant nos souvenirs et celle que l’on espère.

C’est le temps par dessus tout du présent.
Le temps de l’Amour,  maintenant.
Pas dans 100 ans pas dans 5 ans.
Maintenant!

Déposer un commentaire

  • (will not be published)