A la découverte d’Ouvéa

maison Ouvéa

A la découverte d’Ouvéa, de haut en bas. Cette petite île du Pacifique est encore totalement préservée. Les guides touristiques ne sont que très peu explicites et c’est bien souvent avec le bouche à oreilles que vous approcherez de petits bijoux. Pour accéder à ce croissant de terre long de 35 km et par endroit large d’à peine 40 mètres, nous avons pris un avion affrété par air Calédonie. Le vol depuis Nouméa est de 40 minutes, durant lesquelles je ne savais plus si j’étais dans les airs ou dans la mer tellement les deux bleus se mêlent incroyablement bien.

Ouvéa, c’est vraiment en tout premier le lagon si flamboyant qui nous saisit au détour d’une route et ne nous lâche plus.

Un matin, nous avions rendez-vous avec Emmanuel, notre guide d’un jour qui connait l’île comme sa poche. Ainsi, nous avons visité, la savonnerie d’Iaaï dans laquelle une dizaine d’hommes et de femmes fabriquent des savons de ménage ou au doux parfum de niaouli et d’huile de coco, reconnu comme le seul savon au Monde à mousser dans l’eau de mer. A quelques pas de là, la fabrique d’huile de coco nous ouvre aussi ses portes. Ici c’est 137 tonnes de coprah produites par an. Il faut dire que l’ile abrite 3000 hectares de cocoteraies.

Un peu plus loin nous marchons sur le wharf de Wadrilla quelque peu délabré mais tout ici est magnifié par la proximité du lagon.

Nous reprenons la route et je ne sais comment nous arrivons au détour d’un chemin et au bout d’un petit sentier indiqué par un poteau en aluminium, s’offre à nous, une étendue d’eau plus foncée, petit havre de paix: le trou aux tortues. Des galeries alimentent profondément ce trou en eau de mer et des tortues y séjournent parfois loin des prédateurs marins. Nous avons attendu quelques instants que l’une d’entre elles viennent à la surface prendre un peu d’air mais aucune n’a daigné venir nous saluer.

A la prochaine halte je tombe raide dingue d’un escalier dont le bleu mint s’harmonise si parfaitement avec le turquoise des eaux. En bas les chemises gaies des pêcheurs finissent de parfaire le décor. J’aurais pu les regarder des heures et me laisser bercer par la douceur venue d’ailleurs.

Nous entrons dans l’Eglise saint Joseph, majestueuse. Au loin les cris des enfants qui jouent pendant la récréation de l’école voisine me rappellent les miens et me serrent le coeur. Puis pour faire diversion je me met en tête de magnifier cette ruine et de trouver le bon angle, celui qui fera la part belle à ce bleu si franc. Je demande à Emmanuel ensuite de me trouver une jolie hutte tribale et il choisira celle-ci dans la baie d’Ognat bordé par les pins colonaires.

Au fond du terrain de foot,  que nous traversons d’un bout à l’autre, vers la pointe sud nous prenons un petit chemin qui cette fois, nous amène au pied des falaises de Lékiny, la mangrove est proche et au loin on aperçoit le pont de Mouli. En poussant, encore plus au Nord, la mer se déchaine, les eaux s’assombrissent pour s’écraser en écume sur les coraux. Là encore le spectacle est magnifique et je prends chaque jour un peu plus conscience de la beauté de notre Planète. Je n’ai eu de cesse de reconnaitre la chance que j’avais de me trouver là. Les vidéos que j’ai pu publier sur ma page facebook reflètent l’état dans lequel j’étais. J’espère pouvoir vous transmettre au travers de mes mots et de mes photos la puissance de ces paysages.

air calédonie
Emmanuell à ouvéa savons ouvéa Iaaïcoco à Ouvéawharf de Wadrilla à Ouvéa le wharf de Wadrilla, Ouvéa trou des tortues Ouvéa pointe nord Ouvéa pêcheur d'ouvéa saint Joseph Ouvéa sur la route Ouvéa maison Ouvéa totem ouvéa falaises de Lékiny Ouvéa Lékiny Ouvéa pont de Mouli au loin Ouvéa pointe sud Ouvéa la pointe sud Ouvéa

7 commentaires

  1. Les Baroudeurs

    Ah…l’odeur du niaouli, ca me rend nostalgique. La prochaine fois, tu m amènes à Ouvéa et je t embarque pour l’ile des Pins ;-)

    Répondre
    • Sylvain

      Oui idem nostalgique et il faut vraiment passer 2 jours sur l ile des pins je confirme. J ai encore l odeur du bois de santal dans les narines… depuis 1991

      Répondre
  2. Mademoisellevi

    OH MON DIEU CE QUE c’est beau
    Je rentre de vacances mais j’ai qu’une envie
    Y RETOURNER !!!!!!
    Et la bas précisément
    Merci pour ces jolies photos !

    Répondre
  3. Daniel LE-NORMAND

    Nous adorons votre publication sur l’Ile D’Ouvéa rattachée aux Iles Loyautés.
    Nous avons des amis dans la Tribu de GOSSANAH .
    Nous projetons de nous y rendre depuis la Métropole .
    Nous aimerions savoir quelle est compagnie aérienne que vous avez utilisée .
    Merci d’avance
    Daniel & Paulette

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)