Point reconversion

cartes de visiteVoilà un peu plus d’un mois que j’ai fini mes études de coaching. Je suis officiellement titulaire d’un diplôme d’étude supérieur de pratique du coaching. Je suis franchement pas peu fière de moi. L’année a été très dure. Jongler entre mon travail de directrice de crèche, de maman solo une semaine sur deux et d’étudiante a été pour moi une vraie prouesse. Le plus éprouvant restera la rédaction du mémoire. En écrivant ici, j’ai acquis une aisance, mais dans un exercice libre. Rentrer dans une case, pour moi, est un challenge. En revanche m’y contraindre a été un peu comme un rite de passage. J’ai pu prendre du recul sur ma pratique et adopter une nouvelle casquette, une nouvelle posture.
Je suis coach!

Bon.
Et après?

Il y a aujourd’hui 20 000 coachs certifiés en France.  10 000 qui exercent à plein temps. Je ne parle pas ici de ceux qui s’auto proclament coach. Cette profession est récente et en cours de réglementation. J’avais écrit un billet précédemment d’ailleurs pour « choisir son coach de vie en 5 points« .
Depuis que j’ai commencé ces études je réalise qu’il y a un gros travail de communication à faire pour expliquer ce que je fais. Alors je publie sur ma page facebook, sur mon compte instagram, je relaie aussi sur twitter. J’essaye d’apprivoiser linkedin. J’affine mon pitch. Définir qui je suis en quelques lignes, trouver les bons mots. Je réfléchis à mon site internet.
Je me suis aussi fait des cartes de visite, une première version, et puis une seconde. J’ai la joie d’être la propriétaire d’un tampon avec mes coordonnées dessus. Pour faire quoi? Je sais pas trop encore précisément mais c’est indispensable. J’ai aussi fait des carnets pour mes clients, parce que j’adore les carnets!

En janvier, j’ai organisé un séminaire avec mes collègues coachs pour continuer à avancer, partager nos informations et autres formations. Je multiplie les mails, les rendez-vous. Je réfléchis, j’invente, j’échange. Je pense à proposer des après-midi sur la parentalité, des apéros
J’ai des périodes de doute et d’autre de certitudes.
Je suis toujours directrice de crèche. Je vais demander un cumul d’activité pour le statut de fonctionnaire et d’auto entrepreneur. On me demande souvent quand je vais lâcher mon travail actuel. Je n’en ai aucune idée. Je ne pourrai le faire que quand j’aurai des certitudes en tant que coach et sans doute une dose de folie aussi.
J’ai en ce moment la sensation d’être un artisan qui construit de ses mains son avenir. Je taille, je brode, je sculpte, je forge. Je lance des hameçons.

J’ai la joie d’avoir déjà quelques clients. Je sais que quand je coach je suis à ma place.

Et puis « quand tu veux quelque chose, tout l’univers conspire à te permettre de réaliser ton désir », Paulo Coelho.

 

 

9 commentaires

  1. maman@home

    Quel beau travail tu as fait Manue :-)
    As tu eu des jours mis à dispo pour te former de la part de la mairie dont tu dépend en tant que directrice de crèche ou as tu fait ta formation uniquement le soir ?
    C’est génial que tu aies déjà des clients et tu fais bien d’attendre encore un peu avant de te lancer sans filet, la folie c’est bine quand tu n’es responsable que de toi mais avec des enfants c’est tout autre chose.
    Des bises.

    Répondre
    • Madame Parle

      Ma formation a été prise en charge.
      Et oui faut bien les nourrir ces petites choses :)

      Répondre
  2. Arthur

    Bravo Emmanuelle pour ce chemin parcouru, et pour ton enthousiasme communicatif à aider l’autre à découvrir qu’il sait franchir franchir un pont avec toi, puis seul…Quel talent !

    Répondre
  3. Angelilie

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. au plaisir

    Répondre
  4. saidi

    Coucou.eh oui beaucoups de travail et surtout pour une maman sans oublier le boulot .Je suis passée par la .mais Emmanuelle tu es une battante et le coaching te va

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)