Que reste-t-il du 13 novembre?

bougiesIl me reste la sidération, la peur au ventre, l’attente.
Il me reste le bruit des hélicoptères et des sirènes.
Il me reste ce calme assourdissant.
Il me reste le coup de fil de Nanie m’annonçant qu’on avait identifié leurs corps.
Nanou et Pierre-Yves ont été tué. au bataclan.
Il me reste le gout des larmes et cette solitude.
Il me reste la chaleur des corps qui se tiennent debout.
Il me reste ce froid perçant dans ce cimetière.
Ces deux cercueils.
Ces deux familles.
Ces incompréhensions et ces survivants.
Il me reste mes amies.

Il me reste cette blessure béante qui s’est refermée
à peine cicatrisée.

Et puis la Vie.
Depuis, je ne regarde plus les infos et très peu la télé.
Depuis je me bats contre les logiques de fermeture.
Depuis je résiste et fait barrage aux peurs des autres.
Depuis, je respire un peu plus fort.
Depuis, je me nourris et j’apprends.
Depuis j’aime follement.
Depuis j’ai en moi cette énergie vitalisante et cette envie d’accompagner les gens à Etre pleinement là.
Depuis je ne cesse d’être une passeuse d’éveil et de ne me battre que pour une chose:
LA VIE.

A Nanou, Pierre-Yves, leurs amis et famille.
Et aux 128 autres
Aux survivants, toi Inès.
Mais aussi Nanie, Jessica.

9 commentaires

  1. Aurore

    « Depuis je ne cesse d’être une passeuse d’éveil »
    C’est très beau, et ça me parle bien.

    Répondre
  2. Lucie

    Très émouvant .. niçoise, j’ai eu la chance de ne pas être touchée pas l’attentat mais j’en garde un souvenir horrible… toutes mes pensées pour toi.

    Répondre
  3. Jerome

    Je sais (littéralement) ce que cela fait et lire ton texte m’a fait beaucoup de bien ! N’oublions en rien ! Les fleurs avant les armes …

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)