Tout se joue-t-il dans l’enfance?

nos mainsEtre maman c’est porter un petit être pendant des mois.
Le couver d’amour du premier trait au premier regard.
Mon ainé, je l’ai porté en écharpe tout collé contre moi, je l’ai allaité, j’ai dormi à ses cotés tout à lui dévouée.

Etre maman c’est aussi faire la collection de séparations.
La naissance et ce cordon que l’on coupe.
Ce premier lait qui n’est pas le tien.
Ce premier sourire qui l’ouvre aux autres.
La première dent, les premiers pas, le langage qui ouvre encore un peu plus le périmètre social.
Et puis l’entrée dans les institutions.
Accepter d’autres façons de faire, d’autres regards plus ou moins bienveillants.

Elever un enfant c’est l’aimer suffisamment pour accepter ces séparations.
Intégrer qu’il n’est pas la meilleure version de nous même,
qu’il n’est pas non plus une version inférieure pour se faire valoir.
C’est un Homme qui a déjà sa place dans l’Univers.
Mon enfant n’est pas moi et je ne suis pas lui.
Il a le droit d’avoir un avis, une parole, des gouts, une conscience de son corps.
Il a le droit d’exprimer ses émotions, de pleurer quand il est triste, de rire fort et de bouger si il est heureux, de rester en retrait si il a peur.
Aujourd’hui je prends conscience que beaucoup de choses sont données dans la petite enfance.

J’en prends conscience la veille de l’adolescence.

Mon fils est entré en 6ème.
La primaire avait ceci de rassurant que le cadre n’était pas fluctuant. Les mêmes horaires, les mêmes instituteurs.
La même enfance, ou presque.
Le cordon était à peine distendu, peu de place à l’imprévu.
Et puis aujourd’hui, les emplois du temps sont fluctuants, les profs sont absents.
Il se retrouve le mercredi sans cantine à devoir manger seul. Il peut commencer à 10h et faire ainsi son petit dej’. Il a les clés.
On lui a pris un téléphone, pour essayer de maintenir le lien.. Il est tout le temps déchargé et sur répondeur…
Hier, il avait cours de 10h à 11H comme une semaine sur deux. Etant à la maison je l’attendais à 11h05… Personne… inspiration…. Expiration… 11h30, il a dû attendre ses copains… Concentration… Diversion…. Je commence toutefois à faire le plan d’action dans ma tête: courir devant le collège, appeler les flics…
Je reprends mon souffle et me raisonne.
Je regarde le logiciel sur lequel sont inscrits les cours. Pas de changement..
Et puis je vois un signe: mon fils a actualisé son statut à 11h47. Il a mis l’icône « zen ».
Zen, c’est ce qu’il me dit quand je fais ma maman louve. Ce qui me donne juste envie de le saucissonner avec son fil de tablette et de l’attacher à vie à coté de moi.
En tout cas il est vivant, il a bougé et il est devant un ordinateur ou une tablette!
Quand il est revenu à 12h05 il m’a expliqué que la prof avait changé d’avis et qu’elle les avait gardé deux heures. Comme ça…Mon coeur de maman a fondu quand il m’a dit qu’il avait réactualisé son statut pour me rassurer.. C’était bien ça..
Un signe pour moi.

J’ai réalisé combien je n’avais plus de prise sur lui. Que tout ce que je lui avais donné, est un précieux capital qui va s’exprimer maintenant.
La confiance en lui , l’agilité face aux imprévus, la conscience des autres… J’espère que toutes les batteries sont au max..
Moi je reste là, à coté, pleine d’amour devant cet être fabuleux qui commence déjà à puer sous les bras et à m’envoyer balader.
Mais le soir venu,
dans la promesse de la nuit,
je respire encore son cou et le couvre de mots tout doux.

14 commentaires

  1. Flo

    Le rôle des parents ? faire des enfants qui seront un jour …. autonomes !!!

    Répondre
  2. maman@home

    Je connais bien cette angoisse et plus particulièrement avec le plus jeune qui est en CM1 et qui parfois oublie que je l’attends. Il m’est arrivé d’appeler l’école pour savoir s’il n’était pas là bas et aurait oublié qu’il mangeait cette fois à la maison. Ton texte est très beau comme toujours.

    Répondre
    • Madame Parle

      merci ma belle… et tes commentaires me font toujours autant plaisir!!!

      Répondre
  3. 3nuancesdebleu

    Merci!! On éduque tous nos enfants en priant pour qu’il reste quelque chose plus tard. Grâce à ton fils, on sait qu’on peut continuer notre job de parent en leur faisant confiance. Bravo « petit »!!

    Répondre
    • Madame Parle

      et ne rien lâcher…. croire en eux.. croire en nous: toujours!

      Répondre
  4. Maman Sur Le Fil

    Une chouette témoignage. je suis de ces mamans qui s’inquiètent au moindre impérvu… l’entrée au collège va être une réelle épreuve. Mais je pense leur avoir donné les moyens et la confiance nécessaire !

    Bravo à ton fils d’voir pensé à toi… Et pas bravo à cette prof qui ne pense pas aux parents inquiets !

    Virginie

    Répondre
    • Madame Parle

      tout est dans la confiance j’en suis sure!
      Merci pour ton commentaire Virginie

      Répondre
  5. Maman pavlova

    J’avais lu un jour, on ne peut donner que deux choses a un enfant  » des racines et des ailes »

    Je suis persuadés que l’on peut detruire un adulte pendant l’enfance, pour preuve mon mari elevé ( et adopté) par une perverse narcissique … Il a encore du mal parfois a voir quelle personne meirveilleuse il est (je parle de lui sur mon blog) tant cette mer(d)e l’a detruit …

    Répondre
    • Madame Parle

      mais il est toujours debout et il a su te trouver il a développé une chouette résilience j’en suis sure

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)