Les vacances sont finies, on va reprendre nos vies

vacancesLes vacances sont finies on va reprendre nos vies. J’ai entendu cette phrase il y a peu et elle m’a beaucoup fait cogiter. Enfin spontanément j’ai répondu que nous allions juste la poursuivre notre vie. Les vacances font partie du chemin tout comme le travail, la maternité, la retraite, la maladie, les sorties. Tout ça, c’est notre Vie.
Comment pouvons-nous arriver à imaginer que ces semaines de farniente sont, aussitôt passées, un paradis perdu duquel on se souviendra quand on aura froid?
Ou plutôt, comment pouvons nous imaginer que de jolies choses nous attendent chaque jour?

J’ai longtemps été du coté de ceux qui acceptaient que le quotidien soit ainsi, une succession de jours plus ou moins identiques. Je regrettais le passé, attendais l’avenir. Je n’étais jamais là en somme. Une fois mariée, les deux enfants faits, je me demandais bien ce que je pouvais avoir comme projet. Mon job me plaisait mais j’étais dans une zone de confort, mes loisirs étaient limités, j’attendais les vacances avec impatience. Et puis petit à petit à force de mots et d’accueil d’émotions je me suis rencontrée. J’ai petit à petit trouvé de nouveaux loisirs, fait de nouvelles rencontres. J’ai laissé émerger de nouveaux projets professionnels. Et puis un divorce, un nouveau diplôme en poche.
Une (re)naissance.

Aujourd’hui, je vis l’instant présent, pleinement. Je ne suis plus nostalgique, ou à peine en voyant les joues rebondies et les pieds dodus des photos de mes presqu’ados. J’ai pleins de projets, pleins d’envies et je me réjouis tellement de vivre ceci.
Quelle chance d’en être là.
Le chemin n’a pas été facile ni franchi en un claquement de doigts. Tout ça a un coût.

Aujourd’hui, je continue ma vie avec curiosité, en acceptant les détours du chemin, à l’image du tatouage que je me suis offert.  J’essaye de voir du positif dans chaque chose. Je cherche beaucoup le sens des choses, un peu trop parfois.
Tout ne s’explique sans doute pas.
Pour la première fois cet été, je n’ai pas essayé de coacher les autres à l’insu de leur plein gré, je me suis concentrée sur moi. C’est sans doute un détail pour vous..
Je vous raconterai Bali.

Aujourd’hui, je suis la même en vacances sur une plage à la pause café avec mes collègues ou encore en vadrouille avec mes enfants. Je pleure facilement quand je suis triste, j’ai une boule au ventre quand j’ai peur, la poitrine serrée quand je suis en colère et le coeur tellement léger quand je ressens de la joie.
Je me souviens le poids du contrôle, la lourdeur de la carapace qu’on enfile le dimanche soir pour paraitre plus comme ci et moins comme ça. Dans le meilleur des cas. Car je sais aussi la souffrance d’avoir une armure au long cours.
Jusqu’à ce que tout pète.

Mais c’est alors une grande chance. Quelle joie à venir que de pouvoir enfin savoir qui l’on est vraiment. Quel plaisir que de connaitre ses valeurs, ses désirs profonds. Quel bonheur que d’aimer ses forces et de chérir ses failles.
Etre soi.
Pleinement soi.

C’est ma mission que de vous accompagner sur ce chemin. C’est ce à quoi j’aspire et ce avec quoi je veux gagner ma Vie.
Gagner ma vie…
Je l’ai ma vie. Quel étrange tournure de phrase quand j’y pense.
Ca me rappelle une prise de conscience foudroyante que j’ai eu cet été. Alors que je voulais payer ma bintang, bière balinaise, le barman me demande si j’ai passé une bonne journée. Je lui réponds que oui. Je lui renvoie la question. Et là il me répond que oui, lui aussi a passé une bonne journée et que c’était important de le faire car on a qu’une vie. Bim! Tu payes une bière et tu te prends une claque  bienveillante et vitale. Ca parait simple comme ça mais moi ce soir là ça a résonné fort fort.
On a pas le temps de passer des mauvaises journées. Cet échange était d’autant plus puissant que j’étais à Bali au moment du séisme qui a très durement frappé Lombok.

Je vous souhaite pour cette rentrée scolaire de vous rencontrer si ce n’est déjà fait, je vous souhaite d’être la même partout, d’accueillir vos émotions et surtout de comprendre le prix de la vie et d’avoir l’intention, chaque jour, de passer une bonne journée!

*******

Si vous avez envie que je vous accompagne sur votre chemin vers vous, vous pouvez allez faire un tour sur mon site de coaching. N’hésitez pas à me poser des questions j’y répondrai avec plaisir.

8 commentaires

  1. Laurine

    Merci pour ces mots qui tombent si bien à la veille de ma reprise post-vacances, où je laisse mon bébé a la crèche le coeur lourd et où j’ai décidé, à partir de maintenant, de rester fidèle à moi-même au travail aussi… J’ai déposé la carapace le 13 juillet et je ne compte pas la ressortir du placard !

    Répondre
    • Madame Parle

      Quelle belle décision!!!! Bravo.
      Bon courage pour demain,je suis sure que si tu es confiante ton petit le sentira!

      Répondre
  2. Laureline

    Quel bel article… merci.
    Je n’ai pas encore réussi à la poser cette carapace qui chaque jour pèse un peu plus lourd, mais quand on te lit, on se dit que ça vaut le coup d’y arriver!

    Répondre
    • Madame Parle

      Déjà prendre conscience que tu en as une c’est avoir fait la moitié du chemin! Prendre le temps de soi ca vaut toujours le coup en tous cas.
      Biz

      Répondre
  3. Rohnny

    Bonjour, je découvre ton blog et le trouve franchement intéressant.
    Merci pour ses belles paroles et puis quand j’ai lu le mot Bali… Mon paradis, nous avons été 11 fois et la dernière date du mois de juin… Comment ne pas ce retrouver labas?
    Je tiens moi aussi un blog sur ma passion le running entre autre, tu passes dire bonjour quand tu veux.
    Cordialement.
    Rohnny

    Répondre
    • Madame Parle

      11 fois à Bali, et beh c’est une résidence secondaire au final! Merci pour tes mots

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)