Voyager à Paris

tour eiffel au coucher de soleil

Ca faisait un moment que je ne l’avais pas sorti mon appareil photo. J’avais perdu l’habitude de regarder mon Paris pris par le rythme effréné de ce début d’année. Un week end sur deux les enfants, les cours, les bouquins à lire, les réunions à préparer, le mois d’octobre et mes quasi trois semaines de maladie. J’avais oublié combien mon Paris était joli aussi en novembre.

En regardant par la fenêtre ce matin j’ai vu ce soleil d’automne, celui qui réchauffe l’âme et rosit les joues. J’ai eu des envies de voyage et de hauteur. Alors comme bien souvent je prends un ticket pour Montmartre.
Je descends à Pigalle et foule les pavés de la rue André Antoine sur les pas de mes parents et de mes grands parents. Je m’arrête à cette grille et essaye de sentir un peu du parfum de mon enfance. Je me hisse sur la pointe des pieds pour apercevoir ce hall et je dresse l’oreille à la recherche des bruits de mon passé.
Je contourne l’église saint Jean, traverse la place des Abbesses et suis la rue La Vieuville. Je monte des escaliers encore et encore et me retourne de temps en temps.
Paris est à moi, sous mes yeux.
Je peux enfin voir l’horizon, sentir l’air sur mon visage.
Je marche parmi tous ces touristes place du Tertre qui découvrent Montmartre pour la première fois et se font appâter pour un portrait ou une tour Eiffel en plastique.
Je descends la rue de l’abreuvoir et remonte un peu plus loin.
Et puis je vais m’asseoir sur les marches devant le Sacré Coeur.
Aujourd’hui il n’y a pas de guitariste.
Je regarde Paris dans les yeux.
Je ne compte plus les fois où je suis venue face à toi te confier ma peine, mes amours, mes doutes, mes joies aussi.
J’aime tellement être assise au milieu de tous ces gens venus des quatre coins du Monde, je me sens un peu étrangère dans mon propre pays.
Ce sentiment de voyager si porteur.

Et puis le temps passe, le soleil se couche.
Je le connais cet endroit là bas où l’on peut apercevoir la dame de Fer. Je m’y précipite avant l’heure pour être aux premières loges.
Je me remplis alors l’âme de ce spectacle si cher à mon coeur.
Je ne me sens jamais aussi vivante que fasse à un coucher de soleil…
J’en veux encore et encore ici et ailleurs!
rue andré antoine rue andré antoine 1

saint jean pairs rue de l'abreuvoir place du tertresacré coeur barbessunsetimg_8488img_8498img_8504img_8507img_8508

4 commentaires

  1. claire

    Salut, tout d’abord je voulais te dire que ton blog est génial. Je ne suis jamais allée à Paris mais grâce à tes photos et ton texte, c’est comme si j’avais rêvé que je voyageais à Paris. Merci et continu comme ça c’est magnifique…

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)