Sous la carapace de LMO il y a…

Lorsque LMO m’a dit récemment qu’elle me trouvait courageuse de parler de mes soucis avec mon corps et de ma relation à la nourriture car elle avait tenté plusieurs fois de le faire sur son propre blog sans jamais arriver à se lancer. Je lui ai donc demandé si ca l’aiderait de le faire ailleurs et cette ailleurs est ici.

Elle a accepté

Si toi aussi en lisant ce témoignage ou en te baladant sur ce blog tu as envie de nous raconter ton chemin de vie parsemé de régimes tous plus inefficaces les uns que les autres, j’entends par là qui n’ont serivs qu’à une chose te faire grossir de plus en plus et te faire culpabiliser de toujours ou presque reprendre.. Je t’invite à m’envoyer ton récit je le publierai car c’est toujours rassurant de voir qu’on n’est pas seule!

Je n’attends en aucun cas de témoignage sur tel ou tel régime.

*************

Aujourd’hui j’ai envie de parler d’un problème qui me tient au corps,  mes kilos en trop.
Et je ne suis pas comme toi, qui te plains d’avoir 4 kilos à perdre, lavieesttrophorrible, non, moi je suis grosse pour de vrai.
Du genre qui rentre dans du 46. Tout de suite, ça calme.
Rassure toi, il n’y a pas si longtemps, j’étais comme toi, à me demander pourquoi le sort s’acharnait sur moi et refusait de laisser entrer mon cuissot dodu dans un pantalon taille 36. Il y a quelques années seulement.

Pourtant, mes soucis avec la bouffe remonte à beaucoup plus longtemps.

J’ai commencé mon premier régime à 8 ou 9 ans… Je trouvais que j’avais un gros ventre, j’étais complexée, j’ai décidé d’arrêter de manger…
J’ai tenu quelques heures, et puis j’ai été piquer du saucisson dans le frigo, ainsi que des carrés de chocolat, pour faire des réserves dans ma chambre… Paniquée à l’idée de manquer.
NE me demande pas pourquoi, je n’en sais rien, je n’ai pas fais la guerre pourtant!

A 10 ans, j’allais chez un médecin pour des migraines persistantes. Analyses de sang concluant que j’avais un fort taux de cholestérol, la cause de toutes mes douleurs (tu ne savais pas que le cholestérol donnait des migraines? Moi non plus…). Le médecin m’affirme tranquillou qu’il faut que j’arrête de bouffer des bonbons, sinon, je crèverai à 30 piges…
Je précise qu’à 10 balais, j’étais tout à fait normal, je n’avais pas de poids en trop du tout, j’étais pas une asperge non plus, mais c’est tout.

Dès le collège, j’ai commencé à m’arrêter de manger pour de vrai. Le midi, à la cantoche, j’allais avec les autres, mais je ne touchais pas à mon repas.
L’attention qu’on me portait alors était un sentiment jouissif. Mes copines me demandaient pourquoi je ne mangeais rien, et que c’était pas bon pour ma santé, et que ceci, et que cela… Rien que pour ça, j’ai continué à ne rien bouffé.
Je compensais le soir en rentrant… Quand je m’apercevais en montant sur la balance que je n’avais perdu que 12 grammes et que j’étais totalement désespérée.

Pendant toute l’adolescence, j’avais ces 3 kilos à perdre que je ne parvenais pas à éradiquer, peut être un peu parce qu’ils étaient surtout imaginaires.

Peut être parce que je m’y prenais de la pire manière qui soit, en arrêtant de manger pendant plusieurs jours d’affilé.
Je ne sais pas si c’est courant chez les jeunes filles, ce jeûne imposé, mais on y prend vite goût…
Le sentiment de toute puissance sur son corps, la maîtrise, puis l’euphorie qui survient subitement, la joie, le sentiment de réussir, d’être formidable… Le besoin de faire su sport, de se dépenser, pour que le sentiment soit renforcé. Un réel plaisir dans la douleur…

Et puis, comme après un shoot de coke (tu me diras, j’ai jamais essayé la coke, la comparaison est peut être exagérée), le bad trip… L’envie, … non… Le besoin irrépressible de manger, tout, n’importe quoi, heu non, pas la feuille de salade, non, un macdal, oui!!
On sort, en pleine nuit, et au va au Burger king le plus proche (40 mètres pour moi) demander 5 hamburgers, et on bouffe tout en prenant à peine le temps de respirer…
Après, on se sent sale, nulle, on se déteste encore plus, et c’est la spirale infernale…
Les troubles alimentaires ne prennent pas uniquement la forme basique de l’anorexie ou de la boulimie, il y a les mix de tout, pas nécessairement moins dangereux…

Avant d’avoir Mouflette et pendant ma courte vie en couple, j’ai pris une 20aine de kilos…

A force de régimes hyper restrictifs, de perte de 3 kilos et de reprise de 5, on arrive rapidement à un résultat fatal…
La haine d’un corps qui a déjà tant souffert et qui stigmatise le mal être intérieur si présent…

Pendant ma grossesse par contre, je me suis surpris à faire gaffe. Pas de débordement, ni dans un sens, ni dans l’autre.
Ce corps si détesté était enfin utile. Il ne transportait plus que moi, mais une autre vie dont je devais prendre soin…
Et le vide si difficile à supporter n’était plus, puisque j’étais habitée.

Après la naissance et une rupture difficile, j’ai perdu les 20 kilos, avec même un bonus.
Je n’avais jamais été aussi mince.
Un corps que j’avais du mal à appréhender… Une nouvelle identité physique.
Des hommes qui se retournent et sifflent, être accoster dans la rue, avec ou sans poussette au bout des mains.
En profiter, draguer, séduire, juste pour le plaisir de coller un vent ensuite…
Par vengeance un peu. Et par envie de prendre un risque aussi.
Voir jusqu’où on peut aller sans qu’il ne se passe rien…

Tenter, sans succès, de se prouver que oui, quoi qu’on fasse, en principe, ça ne se termine pas en drame.

Et puis les affres de la nourriture m’ont rattrapés.
Oui, j’étais mince, mais pas assez… 58 kilos, je voulais en faire 55.
J’ai réussi, j’ai voulu n’en faire plus que 52. Je ne les ai jamais atteint, mais je sais que si j’y étais parvenu, j’aurais voulu tenter 49…
De 3 kilos perdus avec grosses frustrations, 5 repris en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.
Et puis une introspection qui survient, une agression un peu plus évidente que les autres et c’est la vie qui bascule.
En bien, j’aurais tendance à dire.
Mais ce sont 30 kilos qui sont venus se greffer en moins de 6 mois…

La métamorphose a été si brutale que même 6 ans après, je n’arrive toujours pas à comprendre les contours de mon corps. Je me cogne, je suis maladroite, je ne me vois pas si grosse que je suis en réalité.

Je suis coincée dans un scaphandre de graisse…
Ces kilos dont j’ai si honte, mais qui m’ont permis de me réconcilier avec moi-même, curieusement…
Pendant des mois, j’ai haïs le regard posé sur moi, ce mélange de dégoût et de condescendance… « Mais comment a t’elle pu en arriver là? Comment peut on se laisser aller de la sorte? »
J’ai donné l’argument de la maladie. Les regards sceptiques m’ont dissuadés d’en reparler…
Pourtant, j’ai bien une hypothyroïdie, qui explique en partie la facilité déconcertante avec laquelle j’ai pris tout ce poids.
Et la difficulté pour les perdre sans traitement adéquat.
Il y a aussi les raisons plus intimes, que je n’ai pas envie de développer, ni ici, ni avec les gens qui me le demandent alors que ça ne les regarde pas.
Quand on est gros, et surtout quand on ne l’a pas toujours été, le regard de l’autre est difficile à accepter…

Le mépris, l’incompréhension, le besoin de se mêler du problème, l’envie « d’aider », les félicitations au moindre gramme perdu ou les encouragements quand la personne croit qu’un régime est entamé.
En tout et au maximum de mon record, j’ai pris 45 kilos (je te laisse faire le calcul, c’est spectaculaire).

J’en ai perdu 10 avec la naissance de MissCouette. Le bon dosage du traitement au Levothyrox ayant enfin été trouvé quelques mois avant que je tombe enceinte. Et je n’ai pas pris un gramme pendant ma grossesse (valait mieux tu me diras!)

Il m’en reste une 20aine à perdre. Le but n’étant pas de rentrer dans du 36/38 à nouveau, mais seulement de retrouver forme humaine.
Pouvoir entrer dans une boutique et ne pas ressortir avec l’envie de mourir tellement RIEN ne me va.
Plaire à mon mari. Ne pas faire honte à ma fille. Me regarder dans un miroir et voir autre chose qu’un monstre.
Pourtant, maigrir me fait peur.

La peur de l’échec, évidement. De la frustration aussi… Mon expérience des régimes est tellement négative que j’ai du mal à me projeter dans quelque chose de sain, même si je sais que ça existe. Même si j’adore les légumes et aussi les cuisiner.

Mais surtout la peur du malheur…

Je suis peut être grosse et moche, mais tout dans ma vie est parfait. J’ai le bonheur dont je n’ai jamais osé rêver, celui que l’on m’a convaincu que je ne méritais pas.
J’ai la conviction totalement idiote que la rançon de ce bonheur là, ce sont mes formes… généreuses, on va dire, pour être poli.

Maigrir, c’est aussi prendre le risque de ne pas plaire qu’à mon mari.
Je ne suis pas stupide, je sais que je suis une jolie fille cachée dans un corps de grosse moche.
Et plaire aux hommes, forcément, avec mon passif, ça me fait carrément paniquer.

La seule motivation qui me reste aujourd’hui, c’est la saleté de petite phrase du docteur de quand j’avais 10 ans « Si tu bouffes des bonbons, à 30 piges, tu clamses »

J’ai 30 piges dans moins de 6 mois, et je suis pas super fan de laisser deux orphelines et un veuf après mon trépas…

Merci beaucoup, Madame Parle, de m’avoir ouvert ton espace pour m’exprimer sur ce sujet si délicat. :-)

47 commentaires

  1. bergie

    rhoo c’est long!! ;)
    désolé chuis fatiguée!
    dis donc on peut aussi ecrire chez toi sur autre chose si on peut pas ecrire sur son blog perso

    Répondre
  2. Moo

    Wahou LMO, quel article…
    Alors ce qu’on peut te souhaiter au final c’est de t’aimer à nouveau, et de garder tout ce bonheur que tu mérites tant, grosse, mince, généreuse, pulpeuse ou quoi que tu sois.

    Répondre
  3. saryelle

    Bon j’ai tout lu, et j’ai pleuré quasi du début à la fin…
    C’est un peu (beaucoup) de moi dans ces écrits, de mon côté non plus je n’ai pas toujours eu ce corps qui m’est étranger, j’ai pris près de 25 kilos suite à un choc psychologique, la perte de mon époux lorsque j’attendais notre premier enfant.
    Pfiou… je suis bluffée de lire ces mots qui me reflètent tellement, c’en est perturbant…

    Répondre
  4. Zette

    C’est très émouvant et à la fois utile de lire ce vécu.
    Respect pour le courage le dire tel quel et de voir que tout traversé, tu es telle que tu es :)

    Répondre
  5. Virginie B

    courageuse ma chère LMO… je lui souhaite juste l’équilibre et la volonté qui lui permettront de se sntir mieux ! bises à toutes les deux !

    Répondre
  6. Béatrice

    J’ai lu, je digère … je viens relire … et je commente !! Merci à toi LMO pour ces mots (et à Madame Parle !)

    Répondre
  7. MamaFunky

    Quel courage ma belle LMO !
    Oui oui parce que moi je te trouve belle. Tu vas peut-être m’en vouloir, mais j’ai connu la situation opposée à la tienne. Ne pas arriver à grossir et ressembler à un squelette. Et pourtant je mangeais comme 10. Mais rien à faire, je faisait de 34 et encore c’était grand !

    Je te raconte pas dans les magasins, les vendeuses me fusillaient du regard quand je sortais des cabines d’essayage en disant que c’était malheureusement trop grand.
    « Vous n’avez qu’à manger Madame »

    Euhhhh connasse, je bouffe qu’est-ce tu crois !
    On a su après qu’en fait c’était au cause de ma vésicule biliaire et autres problème de santé que je ne grossissais pas.
    Aujourd’hui, plus de vésicule et problème de santé réglé, je grossis, et c’est cool. J’ai enfin des formes.
    Ca peut surement te paraitre absurde ce discours compte tenu de ce que tu vis qui est à l’opposé de moi. Mais en fin de compte le regard des gens ne changent pas.
    Que tu fasses un 46 ou un 34, bah tu es montré du doigt, alors tu te sens mal, et c’est un cercle infernal.
    Alors qu’en fait c’est juste pas de notre faute !

    Je te fais plein de bisous LMO !!!! (et Madame Parle aussi of course !!!!!!)

    Répondre
  8. Lucky Sophie

    Très bel article, LMO bravo d’en avoir parlé, je te souhaite du fond du coeur d’arriver au poids où tu te sens bien et merci à Madame Parle de prêter son canap’ !

    Répondre
  9. Ali

    C’est super touchant. J’imaginais pas que tu avais des « problèmes de poids » en te lisant sur ton blog. C’est ce que j’aime d’ailleurs sur la blogosphère, c’est qu’on ne voit pas les gens, et donc on peut pas avoir des a-prioris débiles sur le physique.
    J’avoue que je suis toujours peinée de lire des choses comme ça, qu’on puisse souffrir autant à cause de son corps. J’ai la chance de ne jamais avoir eu de problème avec le mien (sauf peut-être 2 ou 3 ans à l’adolescence mais ça compte pas.) Je l’aime et il me le rend bien.
    J’ai aussi des problèmes de thyroïde, mais dans le cas inverse, que je sois en hypo ou en hyper, je brûle. Je prends ça comme une chance personnellement. Je suis très mince… trop pour certains, mais moi je me sens très bien. Bon évidemment avec la maladie, je suis descendue un peu trop bas… tout en mangeant beaucoup et c’était un peu perturbant quand même. Ma mère arrêtait pas de me dire qu’elle allait me faire hospitalisée si je mangeais pas… mais je mangeais ! Je faisais alors 39 kg… (mais je suis toute petite hein !)
    Donc oui cette salope de thyroïde, c’est de SA faute. Je le sais pour ne rien avoir pu maitriser sur mon corps à cause d’elle.
    Je suis anti-régime (facile quand on en a pas besoin hein !) Non mais vraiment… je reste aussi persuadée que si j’ai jamais eu de problème de poids c’est parce que je n’ai justement jamais fait ces fameux régimes de l’adolescence. Après tout est dans la mesure…
    T’as pensé à voir un psy ? Bah t’en vois déjà peut-être un. Parce que l’acceptation de son corps est à mon sens un des trucs les plus importants… qu’il soit gros, petit, maigre ou grand. Tu vois ma psy par exemple, ben elle est forte, mais ça lui va trop bien… elle est belle !
    J’ai envie de t’embrasser très fort et de te dire que je t’aime comme tu es… même si je ne sais pas comment tu es en vrai !

    Et un truc sûrement débile à te dire, mais tant pis je le dis quand même… c’est pas parce qu’on est mince (et belle… mais ça va pas frocèment ensemble non plus) qu’on va se faire aggresser. T’es tombée sur un gros connard et j’en suis très triste. Mais une femme a le DROIT d’être jolie !

    En tous cas merci pour ton témoignage et merci Madame Parle pour cette tribune.

    Répondre
  10. LMO

    Encore mercie Madame Parle de m’avoir permis de m’exprimer.
    LEs réactions me font un bien fou! :-)

    @Moo: Merci Moo, c’est très gentil! :)

    @Saryelle: Je suis désolée de t’avoir fait pleurer…
    Mais je suis contente si mes mots t’ont permis de te sentir moins « seule » avec ce problème.
    JE suis de tout coeur avec toi!

    @Zette: Merci :)

    @Ginie: Merci à toi aussi, et contente d’avoir pu aider un peu :-)

    @Virginie B: Merci! :)

    @Béatrice: De rien…

    @MamaFunky: Que le problème soit dans un sens ou dans l’autre, ça se rejoint finalement.
    J’ai eu une période où j’enviais les maigres, j’aurais aimé être comme elles et ne comprenais pas de quoi elles se plaignaient.
    Mais le refus de son corps, qu’on soit trop grosse ou trop maigre, ça fait mal pareil!
    Alors non je ne t’en veux pas, et je trouve troublant que dans la grosseur ou la maigreur, les ressentis se ressemblent finalement tant.
    Je suis très heureuse pour toi que tu aies trouvé un équilibre!
    Laisse moi te dire que tu es très jolie, tu es très féminine!

    Et comme tu dis, le plus dur à supporter, c’est ce regard qui nous dit « mais t’as la solution, pourquoi tu ne fais rien?? »
    Si c’était si simple…

    @Lucky Sophie: Merci beaucoup! :)

    @Ali: Non, tes mots ne sont pas idiots du tout et je le sais très bien, qu’on peut être mince et heureux. Mais entre ce que l’on sait et ce que l’on ressent, il y a parfois un gouffre.
    Merci pour ton soutien, c’est vrai, on ne peut parfois pas grand chose contre la prise ou la perte de poids quand un élément de santé joue.
    Et je suis d’accord avec toi, les régimes ne servent à rien d’autres qu’à mener vers la catastrophe…

    @Stephie: MErci! :D

    @Zaza: De rien! :)

    Répondre
  11. lexou

    Heu…ben…la..tout d’un coup, avec mes 5 kilos à perdre j’me sens bête, et surtout ridicule, même si le résultat final est le même, pouvoir se sentir bien dans son corps…courage LMO, on peut se soutenir???Bravo à Madame parle pour cet instant quel t’a offert, belle route vers le bonheur en tout cas!!!

    Répondre
  12. Nanette

    Depuis quand tu es moche ?? Ca va pas non ? Je te trouve coquette moi et surtout très souriante.

    Ca me serre de lire toute cette douleur dans tes mots… Je sens un souci dans l’estime de toi quand tu dis que tu touches un bonheur que tu pensais ne pas mériter. Pour certaines choses, notamment notre premier enfant, nous avons un peu le même vécu, ça laisse des traces. Je pense aussi à cette plaie que tu portes et qui a du mal à se fermer, celle qui fait que plaire te fait peur. Je la connais aussi et je sais qu’il est difficile et parfois impossible de passer au-dessus…

    Je n’aurai aucun conseil sur l’aspect « médical » ou nutritionnel, j’ai juste envie de te dire de t’accrocher, d’y croire, d’être patiente et combattive. Tu y arriveras. Pas à maigrir, pas à rentrer dans les standards. Mais à te plaire à toi…
    Je t’embrasse bien fort (oui, je me permets ;-) )

    Répondre
  13. Cali

    Courageuse de parler d’un sujet tabou, le poids, qui relève bien plus que de la nourriture…

    Répondre
  14. laetibidule

    C’est un témoignage très touchant !!! C’est sur que c’est dur de s’accepter surtout quand on ne correspond pas au standard !!!
    Moi, aussi j’ai une relation à la nourriture un peu conflictuelle, et j’ai parfois du mal à assumer mon corps, même si ça va mieux qu’à l’adolescence, avec les années ça va mieux même si j’aimerais bien rentrer dans un 38 ( je suis plutôt au 44-46) !!!
    LMO, j’espère que tu va vite trouver la paix avec ton corps et je pense que arrivé à dire ce que tu ressent, même si ce n’est pas sur ton blog, c’est déjà un premier pas !!!
    Bonne journée !!!

    Répondre
  15. alice

    quel courage tu as eu de te livrer ainsi LMO…
    Je me suis revue assise dans le bureau de mon ancienne collègue (copine aussi) qui du haut de ses 100 kilos m’annonçait la voix tremblante et le corps rempli de panique qu’elle allait subir une gastroplastie. Une opération lourde de conséquence pour tout le reste de sa vie… parce qu’elle avait deux petites filles, qu’elles voulait un troisième enfant et que ce n’était même plus possible pour raison médicale.

    Je t’avoue que je n’ai jamais été grosse. Pourtant à un moment de ma vie j’ai pris 13 kilos en 6 semaines (et c’était pas volé…) et les gens que j’aime m’ont secoué comme il fallait pour que ça cesse. J’ai la chance de ne pas avoir tendance à grossir facilement même si je ne suis pas un squelette sur pattes non plus.
    Je pense donc que je ne peux pas comprendre le malaise de quelqu’un qui se sent mal dans sa peau car je me sens bien dans la mienne.
    Mais je te soutiens de tout coeur, et j’espère que ce dernier démon s’en ira très loin et que tu auras le corps que tu veux avec cet esprit fin et généreux que l’on devine dans tes billets, entourée d’une famille aimante et équilibrée.
    Je t’embrasse… je ne sais pas si mes mots ont été maladroits ici mais je suis sincère et je t’envoie des tonnes d’ondes positives et une grosse bise tiens! ;-)

    Répondre
  16. LMO

    Je ne pensais pas que mon témoignage apporterait toutes ces gentites marques de soutien et d’amitié.
    Ca me fait chaud au coeur, vraiment! :-)

    @Lexou: Le souci ce n’est pas 5 kilos ou 30 en trop, c’est le mal être.
    Si je n’avais pas cherché à tout prix à éliminer ces 3 kilos « en trop » (dans ma tête) je n’en serais pas là aujourd’hui, je crois…
    Pas à ce point!

    @Nanette: Arrête! J’ai les yeux qui picottent…
    Tu peux te permettre!
    Merci vraiment pour tes mots, ton réconfort, ça me touche.

    @Cali: C’est clair, le poids c’est surtout affectif, le problème! Et émotionnel!

    @Laetibidule: Merci beaucoup! :)

    @Sophie: Merci!

    @Bbflo: Merci, je vais en avoir besoin dans mon cheminement!

    @Nimportenawak: J’espère aussi!

    @Alice: Non, tu n’as pas été maladroite.
    Le problème dans mon cas n’est pas tant que personne ne me secoue, mais que je ne SUPPORTE pas d’être secoué.
    Mon rapport avec la bouffe et mon poids est tel que je suis hyper susceptible sur le sujet.
    Je ne supporte pas qu’on s’inquiète de ça, je le prends mal, je me sens rejettée.
    Et une gastroplastie, je ne suis pas sûre que ça arrangerait quoi que ce soit dans mon cas.
    Mais ton amie a été bien courageuse! :)

    @Alorom: J’attends! :)

    Répondre
  17. Eurêka

    j’ai été anorexique et boulimique ado alors les osucies d’alimentations j’en connais un rayon, pas facile de jongler entre regimes en effet

    Répondre
  18. bergie

    ca y est je reviens j’ai tout lu
    c’est un beau témoignage que nous livre LMO …si ca peut aider d’autres personnes

    Répondre
  19. Béatrice

    LMO, je n’ai pas le même vécu que toi, mais tu as mis en mots des choses que je ressens aussi …. Merci !
    Et tu sais quoi, ma balance s’est cassée juste avant Noël …. je crois que je n’en rachèterai pas !!

    Répondre
  20. chouquette

    pioufffffff, j’ai dévoré ton récit, j’ai du mal à parler maintenant. les commentaires sont touchants, si touchants.
    comment dire? je pense que pour le dire je vais demander aussi à madame parle d’héberger mon récit sur ma taille 50 et pourquoi j’en suis arrivée là.

    moi non plus je ne SUPPORTE pas qu’on me secoue.

    ca t’a fait du bien d’écrire? parce qu’en fait, je pense que ca me ferait du bien de parler, mais j’ai peur que ca fasse 10 pages…

    Répondre
  21. Alorom

    Me voilà..
    J’ai lu ton témoignage avec beaucoup d’émotion…
    Ce qui est primordial, essentiel..c’est ton bonheur, quelle que soit l’enveloppe dans laquelle il se niche!!
    Je me permets de t’embrasser!!

    Répondre
  22. Petite maman

    merde alors, c’est super touchant ! putain (pardon), t’as réussi à livrer tout ça, avec une telle sincérté et lucidité, c’est incroyable ! tu es incroyable !
    ça doit être terrible de vivre avec ce sentiment, je ne connais pas. j’ai toujours eu des pb avec la bouffe, mais étonnament, pas lié avec mon corps.
    la magie de la blogo, c’est qu’il n’y a pas ces a-priori physique, découvrir une personne telle qu’elle est, l’apprécier avec ses mots. tu ne peux pas être moche, c’est pas possible, peut-être pas les critères de beauté enfermant des normes sociales, mais de cette beauté qui transpire des êtres intelligent, de cette beauté qui fait que les gens qui t’aiment, t’aiment pour ça, pour ce qu’il voit de toi, du vrai toi.
    que dire de plus, que le jugement est terrible, comme si on n’avait pas assez à faire avec notre propre regard.
    tu me plais LMO, encore plus je crois, pcq j’aime les gens sensibles et intelligent ! je te souhaite vraiment de trouver le bonheur, ton bonheur à toi, celui où tu seras bien !
    et merci à madame parle d’ouvrir cet espace fabuleux !

    Répondre
  23. LMO

    @Eureka: L’un ou l’autre, les deux mélangé, les troubles alimentaires, c’est tjrs dur à gérer parce que la bouffe, ce n’est que la partie visible de l’icerberg…

    @Bergie: En tous cas, ça m’a fait du bien à moi! :)

    @Béatrice: Bonne résolution, et merci pour tes mots! :)

    @Chouquette: Oui, ça m’a fait du bien d’écrire et d’être publiée ailleurs.
    Loin des regards des gens qui suivent mon blog (parents et amis), donc sans tabou.
    Les réactions me font un bien fou aussi !
    J’espère te lire bientôt! Même 10 pages ;) (mon récit est un roman aussi! ^^ )

    @Alorom: Merci, les larmes ont pointé (je ne te remercie peut etre pas en fait ^^)
    Jeme permets de t’embrasser en retour!

    @Petite maman: Tu m’as fait pleurer, bravo!
    TEs mots me touchent énormément.
    Sachant que les soucis de poids sont directement lié à la non confiance en moi et à l’immense besoin d’amour et de reconnaisance que j’ai, tes mots me font un bien fou! Vraiment! Merci!!

    Répondre
  24. marievdk

    ce témoignage est très poignant…. je connais aussi des « problèmes de poids » et les périodes de « remplissage » (pas de mcdo chez moi mais tout peut y passer…)et après avoir tourné ça dans tous les sens dans ma petite tête qui a bien failli en exploser d’ailleurs…. ma seule conclusion c’est que ok je mets du 46-48… mais le plus beau dans la vie est ailleurs… LMO :profite de tes petits amours, de tes amies et sois heureuse!

    Répondre
  25. horselag

    Un beau texte. Du courage pour l’écrire, bravo à toi.
    Je ne saurai quoi dire j’ai peur que ça fasse fade après ton intervention. Mais si tu as pu en parler sur ce blog grâce à Madame Parle, tu auras certainement (si si) le courage pour affronter ces kg dont tu ne veux plus (allez ouste..)
    Merci pour ce moment touchant

    Répondre
  26. Soma

    Très fort témoignage sur un sujet si ‘épineux » que le surpoids voire l’obésité.
    S’il y a un côté « tu as vu comme elle est grosse ? » On oublie que cela cache qqch… Ce n’est pas « simplement », elle mange trop & ne fait pas attention, c’est bcp plus complexe que cela… c’est souvent le reflet de qqch, d’un mal-être, d’une souffrance.
    J’espère que tu trouveras, LMO, la clé d’un mieux-être… sans pour autant rentrer dans un 36-38 comme tu le précises…
    Des bisous à toi & à Mme Parle :)

    Répondre
  27. Mine3389

    Pfiou !! Ca prend aux tripes ! LMO, je tiens surtout avant tout à te remercier, parce que… parce que j’ai 21 ans, parce que je n’ai envie que d’une chose : être libérée de tous ces calculs, de toutes ces angoisses, notamment celle de vivre pour moi, l’angoisse de me faire plaisir aussi. Un peu comme si je culpabilisais de tout le bonheur que j’ai, et qu’il fallait que je mette une touche de noir dans ce beau tableau (presque ^^) parfait =(

    Et j’aime en particulier beaucoup l’un de tes paragraphes, celui-ci :
    « Mais surtout la peur du malheur…

    Je suis peut être grosse et moche, mais tout dans ma vie est parfait. J’ai le bonheur dont je n’ai jamais osé rêver, celui que l’on m’a convaincu que je ne méritais pas.
    J’ai la conviction totalement idiote que la rançon de ce bonheur là, ce sont mes formes… généreuses, on va dire, pour être poli. »

    A quel point cela peut être vrai… Je n’ai jamais été grosse, ni même en aucun cas en surpoids, loin de là. Mais quand j’ai déménagé et ai rejoint mes parents sur la côté Atlantique à l’âge de 16 ans, en ayant pris 4kg dans les 6 mois qui ont précédés ce déménagement, une fois dans cette nouvelle région, je me suis sentie totalement déstabilisée… et déstabilisée aussi par cette prise de poids; sans parler que mon intégration dans mon nouveau lycée ne s’était pas super bien passée. Donc à l’inverse de tout, j’ai peur qu’un poids un peu plus élevé nuise à mes relations sociales. Alors que tous mes amis me disent que je peux LARGEMENT prendre 3kg. Pour le coup, sans être en danger, je suis bien mince/maigre quand même =/

    Je te remercie pour ton témoignage, encore une fois =p Ca me fait prendre conscience de beaucoup de choses. Je ne te souhaite que du bonheur, beaucoup de bonheur, en espérant que tes problèmes de santé s’arrangent !!! Bonne continuation ! Je t’embrasse (moi aussi, j’me permet ;) )

    Répondre
  28. LMO

    @Marievdk: Tu as bien raison, le meilleur est ailleurs.
    Néanmoins, j’ai envie de mairgir, pas pour le côté physique (enfin si, ne nous mentons pas) mais surtout pour le coté santé.
    J4ai des soucis (bénins) dûs à monsurpoids, et j’ai VRAIMENT peur de clamser à 30 piges si je ne maigris pas…
    Des fois je vais me coucher en me disant que je ne vais peut etre pas me réveiller, ça m’angoisse à mort (de là à dire qu’avec 20 kilos de moins cette angoisse absurde disparaitrait, ce n’est pas évident.
    Mais j’aurais moins de raison de croire que je risque un infarctus en pleine nuit…)
    Merci à toi en tous cas! :)

    @Lucie Poum: Merci ma belle!

    @Horselag: J’espère pouvoir me débarasser d’une partie de ces kilos, en toute lucidité.
    Mais dès qu’on penche la tête sur le problème, c’est comme si on se prenait une porte en pleine tronche.
    Tant qu’on n’y pense pas, tout va bien, et puis dès qu’on y pense, tout se bouscule à nouveau.
    Rude! Mais j’y arriverai! :)

    @soma: Merci, j’espère trouver un équilibre oui :)

    @Mine: Si j’ai un conseil: Ne fais pas attention à ton poids, tout simplement, et tout ira bien!
    A 21 ans, si j’avais accepté ces 3 kilos de trop, je suis sûre que je n’en serais pas là aujourd’hui!

    @fleurdeschamps: Merci! :)

    @Madame parle: Merci à toi!! :)

    Répondre
  29. sabine

    ben merci LMO de ce témoignage. J’arrive après la bataille mais je suis très émue par ton billet.

    Répondre
  30. Nikit@

    Bravo LMO pour ce témoignage touchant et sincère … Que dire, si ce n’est que je te souhaite de tout coeur de te sentir bien dans tes pompes ! Tu dis que tout dans ta vie est parfait … c »est l’essentiel et le plus important ;o)

    Répondre
  31. Papillote

    c’est très émouvant.
    mais quel con ce docteur de dire des trucs pareils ! (j’en ai un aussi, dans un autre domaine, qui m’a sorti des trucs affreux, qui m’ont traumatisé et conditionné à croire au pire.)

    Répondre
  32. fanny

    Quel moment de vie ! L’honnêteté est touchante et ta lucidité aussi. Parfois, kan on est trop lucide depuis l’enfance, on se cache derrière une armure de kilos, ou de rires ou d’agressivité, c’est selon… Moi ce qui m’a le plus touché, c’est ta peur à la fin, cette peur de maigrir, cette peur d’être heureuse, de perdre l’amour, je comprends tout à fait, c’est presque comme une superstition enfantine, il y une idée de cruauté à amadouer si on osait être heureux et peut être plus heureux que d’autres.C’est très fort, je trouve, d’avoir réussi à identifier cette peur là. Toute seule comme ça, il faut de la finesse et du retour sur soi. Où en es tu aujourd’hui ? Et Merci à Madame pour cette générosité et l’intelligence de la proposition. C’est un belle cuisine tout ça, un beau mélange.

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)