Nos vieux dans la ville

Les vieux ils sont partout, c’est l’avenir de demain. Dans le bus ils prennent les places et contrôlent tout, au marché ou dans les magasins ils sont toujours trop lents.

Des plans Alzheimer, des opticiens à gogo…

La ville est remplie de vieux.

Et puis.

Il y a cette femme.

Ma voisine.

Je la voyais bien de temps en temps aller chercher sa baguette, à petits pas, doucement et plus lentement.

Mardi soir les pompiers ont frappé chez nous. Ils voulaient accéder à son appartement par une fenêtre, elle était tombée la porte fermée.

Hier en rentrant du travail je suis passée la voir, la porte était ouverte.

J’ai vu cette femme en chemise de nuit assise sur son lit, devant la télé.

Je lui ai demandé de ses nouvelles.

Elle tombe beaucoup en ce moment et ne peut se relever seule. Elle ne voulait pas retourner à l’hopital et a dit aux pompiers qu’elle allait bien qu’ils pouvaient partir sans crainte.

Mais ce qu’elle ne leur a pas dit c’est qu’elle n’avait pas mangé depuis 2 jours, ni bu, la bouteille étant trop loin… Elle n’a pu se rendre aux toilettes non plus, ni prendre ses médicaments… Elle a à peine fermé l’oeil de la nuit puisqu’elle a préféré laissé sa porte ouverte, au cas ou… Sa fenêtre est cassée, les volets fermés, la lumière allumée… tout la journée…

A proximité, le téléphone et la télécommande de la télé…

Je suis allée lui chercher son courrier, un colis était arrivé: une attrape couillon, si tu ne le renvoie pas tu payes l’abonnement forcé. Allez à la poste comment le pourrait-elle? Sur la table du salon, le poireau demandé le matin même à sa voisine, un peu plus valide.

J’ai regardé autour de moi et j’ai vu ce studio rempli de toute une vie, des souvenirs, des bibelots en porcelaine et puis ce lit, central qui emplissait tout l’espace.

Je suis restée avec elle, lui ai préparé à manger, donné ses médicaments et je l’ai allongé du mieux que j’ai pu.

Mais je suis partie…

Et demain, et les jours à venir?

Une maison de retraite? Trop cher. La famille? Trop compliqué?

Que reste-il?

6 commentaires

  1. Poum

    Bravo pour ce que tu as fait. Pas facile d’entrer dans la vie de quelqu’un si seul, sans se sentir happée. A l’hôpital c’est l’éternel problème : que faire des vieux ? (j’utilise ce mot sans méchanceté quelconque hein). Les maisons de retraite sont pleines, et de toute façon la plupart du temps assez affreuses, les services ne veulent pas d’eux, pas assez malades pour être interessant, pas assez autonomes pour un retour à domicile. Parfois c’est même la famille qui les amène à l’hôpital, esperant qu’on leur trouvera quelque chose qui justifie de les garder parce qu’ils n’en peuvent plus de s’occuper d’eux, des aller retour, des courses, repas, …

    Répondre
  2. lexou

    Ca fait peur franchement, il n’y a pas de service ADMR par exemple qui pourrait lui envoyer quelqu’un tous les jours?On ne peut pas l’a laisser comme ça…Bravo pour ton geste, elle a du être ravie!

    Répondre
  3. cleanettte

    En premier lieu, il faudrait contacter une assistante sociale qui fera le tour des besoins, des moyens disponibles et si nécessaire mettra les enfants en demeure de faire le nécessaire. La mère de ma belle-mère est « placée » elle n’avait pas de gros moyens une petite retraite de misère du coups les enfants sont mis à contribution pour participer un peu et enfin une partie est payé par l’assistance publique. Une personne qui n’ose plus marcher toute seule ne peut pas rester seule chez elle même avec des visites régulières dans la journée. Si tu n’étais pas venue, elle n’aurait toujours pas bu et après…. La déshydratation arrive vite dans ces conditions cela provoque des vertiges, un affaiblissement: elle aura encore moins la force d’aller chercher cette foutue bouteille.
    Je comprends bien ton malaise: dans ces situations on se dit qu’on ne devrait pas y être mêlé, que ce n’est pas notre rôle mais une fois qu’on sait on ne peut plus faire comme si on ne savait pas.

    Répondre
  4. Miss Chaussette

    La situation de cette femme est terrible et pourtant tellement courante :( C’est révoltant… Malheureusement, tu ne vas pas pouvoir t’occuper d’elle chaque jour…
    Comment va-t-elle aujourd’hui ? As-tu contacté quelqu’un ?

    Répondre
  5. Marjoliemaman

    Dur, dur… Je crois que la ville de paris fait pas mal de trucs dans ces cas-là mais effectivement, il faut passer le relai à des gens dont c’est le boulot. elle a de la chance d’avoir une voisine comme toi en tout cas… Mille baisers.

    Répondre