Un heureux évènement, ce paradoxe de la parentalité

test

Je viens d’éteindre la télé, un heureux évènement. J’avais lu le livre d’Eliette Abecassis avant d’être maman et déjà je l’avais trouvé passionnant en tant que professionnelle de la petite enfance. Louise Bourgoin joue formidablement son rôle.

C’est une histoire d’amour passionnelle entre deux êtres. Ils font un enfant. Leur vie est complètement bouleversée par la grossesse, la naissance puis ces premiers mois de vie à trois.

C’est tellement ca. Je me suis reconnue dans tellement de moments de ce film.

Avant on a que soi à s’occuper. Faire plaisir à l’autre, s’aimer quand on veut sans interruption. Satisfaire ses propres besoins. Puis un jour on pisse sur un bâton et notre vie bascule. Bien sur la joie des premières fois et la peur de l’inconnu. Déjà notre vie nous échappe, le cordon commence à diluer notre propre existence dans celle de ce petit être qui grandit en nous. La naissance. Point final de cet inconnu. Début de notre nouvelle vie à trois.

Ma vie n’a plus jamais été la même qu’avant décembre 2006. J’ai appris la peur de donner la vie. J’ai découvert le don de soi, l’abnégation de ma propre existence. La solitude… J’ai dû m’accrocher à mes certitudes et les remettre en question le lendemain. Mon corps admiré et choyé pendant 9 mois n’était plus que mon ombre, mes seins nourrissaient mon enfant, mes bras le portaient. Plus personne ne me portait moi. J’avais terriblement besoin de câlins et tout en même temps d’être seule maître à bord. J’ai allaité, j’ai cododoté, j’ai porté. Ca ne m’a pas empêché de douter, de pleurer. Pendant les mois qui ont suivi la naissance toute ma vie tournait autour de cet enfant. Je le regardais à chaque instant, j’admirais ses progrès et tout à la fois je le détestais de m’avoir enlevé mon insouciance. J’ai compris plus tard ce paradoxe de la maternité, cet amour incommensurable qui vous envahit, cette raison de vivre et cette furieuse envie de fuir.

Etre aux prises de toutes ces émotions ne peut être sans heurt pour le couple. Chacun doit se reconnaitre dans cette nouvelle identité de père, de mère faire le deuil d’avant, puis se trouver comme couple parental. A la naissance d’un enfant chacun revisite sa propre enfance, remet en question consciemment ou non sa propre éducation. Aux prises avec ces deux inconscients, ce petit être, trait d’union entre ces deux histoires de vie grandit.

L’homme souhaite reprendre sa place auprès de sa femme. Cette dernière tout à son bébé peut avoir du mal à s’en détacher. On ne peut passer 9 mois de sa vie en pleine fusion et s’en détacher avec facilité. La femme aime retrouver son corps, se le réapproprier, lui qui a été objet. Le tempo n’est pas toujours le bon. L’incompréhension, le manque de paroles, la fatigue peuvent être responsables de bons nombres de frictions.

Alors oui cette vision n’est pas idyllique et loin du poupon rose tout propre qui sort des femmes dans les films américains. Mais c’est la réalité. la cacher c’est engendrer le silence de l’incompréhension, la culpabilité des émotions tues.

Il faut mettre sur la place publique les aspérités de la maternité.

Depuis 2006 je sais et je n’ai jamais été aussi vivante que depuis cette nuit là et rien que pour çà ces premiers mois valent le coup d’être vécus.

 

 

 

14 commentaires

  1. Marjolaine Mamour

    Oui ce film brise beaucoup de tabous ! Si j’avais pu le voir avant ma première grossesse j’aurais su à quoi m’attendre qd mon fils est né. Je ne m’attendais pas à ce que j’ai vécu ! Je ne pensais pas que c’était si difficile à tous points de vue. Du coup, je pensais que je n’étais pas normale…

    Répondre
  2. Aurélie emmaman

    Je suis touchée par cet article rempli de mots justes et qui expriment avec une grande exactitude ce qu’on peut ressentir en devenant parents.
    Bravo!
    Aurelie

    Répondre
  3. Lauréa

    C’est tout à fait ça. J’ai regardé un heureux évènement aussi hier soir, je ne connaissais pas du tout, et j’ai bien aimé à part peut être les passages un peu trop caricaturaux, et c’est vrai que je m’y suis retrouvé au début, la mère qui s’accroche à sa fille, les instants de solitudes à la maternité. Je trouve qu’on n’explique pas assez tout ce passage enceinte/maternité/être maman, ce sont des passages remplis d’émotions, et on ne comprends pas forcément ce qu’il se passe, il y a une sorte de tabou autour de ça, et j’ai trouvé que le film les montrait assez bien.

    Je te découvre avec cette article, et j’ai hâte d’en lire d’autres ;)

    Répondre
  4. LMO

    Je crois que j’ai été mère trop jeune pour qu’il y ait véritablement un « avant/après »… J’ai à peine quitté le foyer familial que je fondais ma propre famille… Et ce qui a été difficile à la naissance de ma fille, ce n’est pas sa naissance mais toutes les décisions que j’ai du prendre… Ca n’a pas empêché la maternité d’être très difficile et loin d’être idyllique! Mais forcément ce n’est pas ce que je retiens des premiers mois…

    Pour MC, tout m’a semblé si « facile » en comparaison que le chamboulement n’a pas été si intense. Il l’a été pour mon mari en revanche, pour notre couple… Et clairement j’ai eu besoin de cette fusion dont tu parles.

    Bref, j’ai quand même trouvé la vision du film assez pessimiste, même si, oui, plutôt réaliste… Et Louise Bourgoin est formidable!

    Répondre
  5. bbb's mum

    un billet si juste… je n’ai pas vu le film, mais lu le livre … enceinte…déjà chamboulée, il m’a retournée, démontée, pourtant je l’ai trouvé magnifiquement écrit… bref je l’ai haï et aimé à la fois, je pense que si je le relisais aujourd’hui j’aurai un peu plus de recul…

    Répondre
  6. FANNYANS

    il est vrai que j’avais moi aussi lu le livre il y a une paire d’année…mais là,ce film,m’a vraiment épaté quant au réalisme de ses images, au jeu épatant de Louise Bourgoin et à la sensation étrange de s’y revoir à chaque instant…avec pour couronner le tout, de belles phrases assassines de tous les protagonistes, bien balancées! Si vous ne l’avez pas vu, c’est tout à fait ça, @bb’s mum:
    un film que l’on haï et aime passionnément à la fois, comme le livre mais avec l’intensité des images en plus….

    Répondre
  7. Amélie Epicétout

    Super article, bien écrit et très juste. Ce film m’avait aussi retourné. C’est tellement ça. Pour tant pour certaines personnes, ça semble si facile et naturel. Est-ce qu’on se pose trop de question?

    Répondre
  8. Blandine

    Bonsoir. Votre texte est magnique !! Bébé arrive dans deux mois. J’ai un peu peur de la suite. Mais bon, nous allons y arriver :-)

    Répondre
    • Madame Parle

      oui ca va aller j’en suis sure il ne faut pas s’oublier! Bon courage

      Répondre

Déposer un commentaire

  • (will not be published)