• 544
  • 136
  • 34
  • 332

Gérer colique néphrétique : Solutions ?

Jessica
Par Jessica
29 janvier 2024 45

En France, environ 120 000 personnes sont confrontées chaque année à la douloureuse expérience d’une colique néphrétique. La violence de la douleur nécessite une prise en charge urgente, mais l’hospitalisation n’est pas systématiquement requise. Il est crucial de déterminer s’il faut opter pour une intervention chirurgicale ou un traitement médicamenteux. Par ailleurs, il convient de se renseigner sur les médicaments à utiliser pour soulager cette douleur intense. Pour obtenir des réponses à ces questions, nous allons interroger un urologue.

Colique néphrétique : une douleur insoutenable


La colique néphrétique est une douleur extrêmement intense, souvent décrite comme pire qu’un accouchement sans péridurale. Elle affecte environ 120 000 personnes chaque année en France, représentant 1 à 2 % des consultations en urgence. La douleur commence dans le dos, sous les côtes, et se propage vers l’abdomen et les organes génitaux. Cette douleur paroxystique est caractérisée par des pics d’intensité qui diminuent puis augmentent de nouveau pendant de longues minutes.

Les causes et les symptômes de la colique néphrétique


La colique néphrétique est causée par le blocage de l’un des deux canaux qui relient le rein à la vessie, appelés uretères. Ce blocage peut être dû à un calcul rénal dans 80 % des cas. Les calculs rénaux sont de petits cailloux composés de cristaux de calcium. Dans des cas plus rares, le blocage peut être causé par un caillot sanguin, une tumeur ou un rétrécissement anormal du canal urinaire. Les symptômes de la colique néphrétique comprennent une douleur intense, une pression excessive dans le rein, et la possibilité de complications graves telles qu’une infection ou une altération de la fonction rénale.

Les signes de gravité et les traitements d’urgence


La colique néphrétique doit être traitée en urgence pour éviter des complications potentiellement graves. Trois critères sont pris en compte pour déterminer si une intervention chirurgicale est nécessaire : la présence de fièvre, qui peut indiquer une infection du rein, le fait d’avoir un seul rein fonctionnel, qui met en danger la vie du patient, et une douleur trop intense qui ne peut pas être soulagée par des médicaments. Dans les cas de complications, une opération est réalisée pour drainer le rein. Une sonde double J est insérée dans l’uretère afin de permettre à l’urine de s’écouler, soulageant ainsi la douleur. Le calcul n’est pas retiré immédiatement, mais sera enlevé plusieurs semaines plus tard lors de l’ablation de la sonde.

Le soulagement de la douleur et les mesures préventives


Dans les cas non urgents, le soulagement de la douleur peut être obtenu en administrant des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ces médicaments réduisent la production d’urine, permettant ainsi au rein de se vider progressivement. Le traitement par AINS ne doit cependant pas dépasser quelques jours, car ils peuvent être toxiques pour le rein. En cas de dysfonction rénale, d’autres médicaments antalgiques sont utilisés pour soulager la douleur. Il est également important d’adopter une bonne hygiène de vie et d’avoir de bonnes habitudes alimentaires afin de prévenir les récidives de colique néphrétique.

ARTICLE SUIVANT
Comment savoir si on est allergique aux piqûres de moustique?

SUR LE MÊME SUJET