• 412
  • 146
  • 17
  • 157

Le sommeil lent, explications.

Jessica
Par Jessica
22 février 2024 23

Environ la moitié de nos nuits est consacrée au sommeil lent, pendant lequel notre cerveau ralentit son activité, notre température corporelle baisse et nos muscles se relâchent. Cette phase de sommeil est essentielle pour se reposer et récupérer.

Cycles de sommeil et différences selon l’âge


Au cours de la nuit, nous passons par plusieurs cycles de sommeil, généralement entre trois et cinq. Chez les adultes, chaque cycle dure en moyenne 1h30, tandis que chez les nouveau-nés, il dure environ 50 minutes. Ces cycles sont composés de différentes phases de sommeil lent et de sommeil paradoxal.

En début de nuit, nous passons plus de temps en sommeil lent, une phase de récupération qui dure environ 1h15 sur un cycle de 1h30, selon le Dr Marc Rey, président de l’Institut national du sommeil et de la vigilance. Juste avant de se réveiller, c’est le sommeil paradoxal qui prend le dessus. Chez les bébés, le schéma est différent. Ils commencent leur nuit par une phase de sommeil agité qui devient ensuite du sommeil paradoxal, puis une phase plus calme de sommeil lent. Le Dr Rey estime que ces différences sont probablement liées à l’immaturité du cerveau des bébés.

Les différentes phases de sommeil lent


Lorsque nous nous endormons, l’activité cérébrale ralentit progressivement. Au début du sommeil, pendant ce qu’on appelle le sommeil lent léger, le corps conserve une certaine tension musculaire et le moindre bruit peut nous réveiller. Ensuite, vient une phase de sommeil lent profond, pendant laquelle la fréquence cardiaque et la respiration ralentissent considérablement, les muscles se détendent et la température du corps baisse. Si on nous réveille pendant cette phase, nous pourrions être confus, souligne le Dr Rey.

L’importance du sommeil lent profond


Le sommeil lent profond est essentiel pour le repos et la récupération, explique le Dr Rey. C’est pendant cette phase que le corps sécrète l’hormone de croissance, nécessaire au développement des enfants et à la réparation des os, des tissus et des cellules à tous les âges. De plus, c’est pendant le sommeil lent profond que le cerveau mémorise et consolide les apprentissages réalisés pendant la journée.

Conseils pour préserver son sommeil lent


Le Dr Rey recommande de se coucher à la même heure tous les jours, car cela facilite l’entrée en sommeil lent profond. Il conseille également de rester actif et de bouger autant que possible pendant la journée, car l’activité physique augmente le besoin de réparation musculaire et améliore le sommeil lent profond en réduisant le stress. Si l’activité physique est pratiquée en fin de journée, il faut attendre deux ou trois heures avant de se coucher, afin que le corps puisse baisser sa température pour faciliter l’endormissement.

Les conséquences d’un mauvais sommeil


Un sommeil de mauvaise qualité, dû à des facteurs tels que le travail décalé ou l’anxiété, ne permet pas à l’organisme de récupérer suffisamment pendant les phases de sommeil lent. Cela peut conduire à la fatigue et, à long terme, à plusieurs conséquences sur la santé, telles qu’une prise de poids, une augmentation de l’anxiété et de la dépression, ainsi qu’une diminution des défenses immunitaires. Le Dr Rey souligne l’importance du sommeil en rappelant qu’il n’est pas une perte de temps.

ARTICLE SUIVANT
Reconnaître et soigner Gardnerella vaginalis

SUR LE MÊME SUJET