• 529
  • 61
  • 18
  • 357

Qu’est-ce que la natalophobie, la peur de Noël ?

Jessica
Par Jessica
26 décembre 2023 26

Si les fêtes de fin d’année vous ennuient, si chaque année vous redoutez les chants de Noël traditionnels, si vous zappez les films sentimentaux et si vous évitez soigneusement les repas de famille, il se peut que vous soyez natalophobe. Dans cet article, nous allons donc parler de cette phobie surprenante.

La natalophobie, c’est quoi exactement ?

La natalophobie, qu’on peut traduire par la phobie de Noël, est un trouble anxieux qui se manifeste par de l’angoisse, du mal-être, de la déprime voire de la tristesse à l’approche des fêtes de fin d’année. Comme toutes les phobies, elle est liée à une situation, un objet ou un lieu spécifique, tels qu’un sapin de Noël, les chants de Noël, le Père Noël ou les illuminations de Noël. Les personnes atteintes de natalophobie peuvent ressentir de l’irritabilité, du stress, de l’angoisse et des troubles digestifs, entre autres.

Pourquoi certaines personnes ont-elles peur de fêter Noël ?

La dépression saisonnière peut déjà affecter le moral de certaines personnes à l’approche de l’hiver. Mais il existe d’autres facteurs qui expliquent la détresse psychologique et l’anxiété anticipatrice propres à la natalophobie. Certains redoutent la solitude, les difficultés financières, les conflits familiaux, le souvenir d’un deuil ou d’autres événements traumatiques associés à cette période. Les conventions sociales et la pression lors des retrouvailles familiales peuvent également être angoissantes, surtout pour ceux qui ont choisi de rester célibataires ou de ne pas avoir d’enfants.

Phobie de Noël : quelles solutions pour y remédier ?

Admettre que l’on n’aime pas Noël peut engendrer de la culpabilité, mais il est important de trouver la cause de ce mal-être. L’aide d’un psychologue ou d’un psychiatre peut être précieuse pour gérer les crises d’angoisse, anticiper et se préparer au mieux à Noël, et regagner confiance en soi. Quelques conseils pour passer les fêtes sereinement : lâcher prise et réduire ses attentes, mettre de côté les rancœurs, surveiller sa consommation d’alcool et se souvenir que le meilleur cadeau n’est pas forcément le plus cher.

Lisez aussi  "2 enfants touchés par la mucoviscidose" (vidéo)

Il est important de respecter ses limites

Il n’y a aucune honte à se sentir mal à l’aise ou angoissé pendant cette période. Il est essentiel de respecter ses limites, de ne pas se forcer à faire des choses ou à dire des choses qui ne conviennent pas. Si quelque chose dérange, il est important d’en parler calmement à ses proches pour trouver des compromis.

ARTICLE SUIVANT
Sérum physiologique : allié contre le cérumen lors du lavage de l’oreille

SUR LE MÊME SUJET