• 697
  • 76
  • 14
  • 121

Reconnaître le syndrome de Raynaud comme maladie professionnelle ?

Jessica
Par Jessica
07 décembre 2023 45

En France, le syndrome de Raynaud peut effectivement être considéré comme une maladie professionnelle, mais à certaines conditions spécifiques.

Le syndrome de Raynaud : un trouble méconnu


Le syndrome de Raynaud est un trouble de la circulation sanguine qui affecte principalement les doigts et les orteils, mais aussi parfois le nez et les oreilles. Il se caractérise par une diminution du flux sanguin vers ces extrémités, ce qui provoque une décoloration de la peau, suivie de sensations de picotements et de douleurs. Les crises sont généralement déclenchées par l’exposition au froid, ce qui est courant dans de nombreux métiers.

La reconnaissance du syndrome de Raynaud en tant que maladie professionnelle


Le syndrome de Raynaud peut être reconnu comme une maladie professionnelle si un lien direct est établi entre les conditions de travail et le développement ou l’aggravation de la maladie. Il est inclus dans le tableau 69 du régime général de la Sécurité sociale, qui concerne les affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils.

Les critères pour la reconnaissance du syndrome de Raynaud en tant que maladie professionnelle


Pour être indemnisé au titre des maladies professionnelles, le syndrome de Raynaud doit être développé par des personnes exposées aux vibrations pendant au moins un an. Si vous ne travaillez pas avec des machines percutantes, des machines rotopercutantes, des machines rotatives ou des machines alternatives, votre syndrome de Raynaud ne peut pas être reconnu comme une maladie professionnelle.

La procédure pour faire reconnaître sa maladie


Pour faire reconnaître sa maladie comme une maladie professionnelle en France, il faut suivre une procédure auprès de la Sécurité sociale. Il est recommandé de consulter d’abord son médecin traitant, puis son médecin du travail. Ces professionnels doivent constituer un dossier en établissant un lien entre la maladie et le travail grâce à des éléments tels que les conditions de travail et l’exposition à des risques professionnels. Le dossier est ensuite transmis à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) et examiné par le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP). La CPAM prend en compte l’avis du CRRMP pour rendre sa décision. En cas de refus, il est possible de faire appel à la Commission de recours amiable (CRA) de la CPAM et d’engager des recours judiciaires si nécessaire. La procédure peut varier en fonction des circonstances spécifiques de chaque cas.

Lisez aussi  Bienfaits d'une cure de sommeil : découvrez-les !

Les professionnels à consulter pour faire reconnaître sa maladie


Plusieurs professionnels peuvent guider tout au long du processus de reconnaissance de la maladie. Il est recommandé de consulter son médecin traitant pour établir un diagnostic et de se tourner vers un médecin du travail pour évaluer les liens entre la maladie et l’environnement professionnel. L’avis d’un médecin-conseil de la Sécurité sociale et d’un avocat spécialisé en droit du travail peut également être sollicité pour obtenir des conseils et faire appel de la décision de la CPAM.

La prestation de compensation du handicap


La prestation de compensation du handicap peut être accordée aux personnes souffrant du syndrome de Raynaud qui rencontrent des difficultés absolues ou graves pour réaliser des activités importantes du quotidien. Cette prestation permet de financer des dépenses liées au handicap, comme l’achat de matériel chauffant pour les mains et les pieds. Les ressources sont prises en compte pour déterminer le taux de prise en charge des dépenses.

Les maladies professionnelles les plus reconnues


Outre le syndrome de Raynaud, plusieurs maladies professionnelles sont reconnues en fonction des secteurs d’activité et des expositions spécifiques. Les troubles musculosquelettiques, les troubles respiratoires liés à l’amiante, les troubles de l’audition, les maladies professionnelles liées aux produits chimiques et les maladies psychiques liées au travail sont parmi les plus couramment reconnues.

ARTICLE SUIVANT
Tisanes pour un sommeil réparateur : quelles choisir ?

SUR LE MÊME SUJET