• 719
  • 45
  • 49
  • 296

Sevrage tabagique : comment faire, signes et durée ?

Jessica
Par Jessica
23 janvier 2024 32

Il est bien connu que cesser de fumer n’est pas une tâche facile et peut s’accompagner de diverses difficultés telles que la fatigue, la toux, la constipation, une augmentation de l’appétit, l’irritabilité et la dépression. Quels sont tous les symptômes et comment les surmonter ? Nous avons demandé au Dr Pierre Rouzaud, toxicologue et président de l’association Tabac Liberté, ainsi qu’à Clémentine Joachim, sophrologue certifiée, de nous fournir des réponses.

Syndrome de sevrage : quels sont les symptômes après l’arrêt du tabac ?

Le syndrome de sevrage est l’ensemble des symptômes qui apparaissent lorsque l’on arrête de fumer. Selon le Dr Rouzaud, certains fumeurs peuvent bien vivre l’arrêt du tabac, tandis que d’autres peuvent avoir des symptômes fonctionnels.

Comment soulager les symptômes du sevrage ?

Il existe plusieurs symptômes fonctionnels qui peuvent survenir après l’arrêt du tabac. Le Dr Pierre Rouzaud énumère la fatigue, la toux, la constipation, la sensation de faim, la prise de poids, l’irritabilité et l’envie impérieuse de fumer.

Constipation

Selon le Dr Rouzaud, la nicotine agit sur le cerveau ainsi que sur d’autres organes, dont le côlon. L’arrêt du tabac peut entraîner une constipation car il n’y a plus de stimulation intestinale provenant de la cigarette du matin. Pour lutter contre cela, prendre un jus de citron ou d’orange glacé le matin peut aider, en apportant également de la vitamine C.

Fatigue

La fatigue peut être ressentie après l’arrêt du tabac en raison de la diminution de la stimulation apportée par la nicotine et du processus de désintoxication de l’organisme. Une étude de l’American Psychological Association montre que la fatigue augmente durant les six premières semaines, avant de se réguler. Il est donc important d’être patient.

Lisez aussi  Cancer sein : surveillez 8 symptômes

Toux

Arrêter de fumer ne signifie pas nécessairement se débarrasser de la toux. Cependant, cela est normal et fait partie du processus de récupération de l’organisme. Au fil des semaines, la toux va disparaître. En attendant, sucer des bonbons à la guimauve ou boire une tisane avec du miel peut soulager cette toux.

Sensation de faim et prise de poids

La nicotine augmente le métabolisme de base, donc après l’arrêt du tabac, on dépense moins de calories et celles-ci sont stockées dans les adipocytes, explique le Dr Rouzaud. Une prise de poids de 2 à 3 kg est fréquente et normale. Si la prise de poids est supérieure à 3 kg, il peut y avoir d’autres explications, comme le fait de retrouver le goût et l’odorat, qui peuvent aiguiser l’appétit, ainsi que le grignotage pour compenser l’envie de fumer. Il est important de faire attention à ne pas céder à ces envies et de limiter la quantité de nourriture consommée.

Envie impérieuse de fumer

Selon le Dr Rouzaud, environ 80% des ex-fumeurs gardent cette envie de fumer pendant longtemps, voire toute leur vie. Il est difficile de s’en débarrasser car la cigarette est souvent associée à des moments bons et mauvais. Pour gérer ce manque, il existe plusieurs méthodes, comme se brosser les dents, faire des exercices physiques avec une balle en mousse, pratiquer la cohérence cardiaque ou résister à cette envie, car elle finira par disparaître en quelques minutes.

Irritabilité

L’irritabilité après l’arrêt du tabac est due à l’envie de fumer mais aussi au changement d’habitude. Il est important de laisser du temps à l’organisme pour s’adapter à ce changement et d’être compréhensif envers soi-même et envers son entourage.

Lisez aussi  Le chocolat : somnifère efficace ou simple illusion ?

Combien de temps dure le sevrage tabagique ?

La durée du sevrage tabagique varie d’une personne à l’autre. En règle générale, les symptômes du sevrage disparaissent entre 3 semaines et 1 mois, mais cela peut être plus court ou plus long selon les individus.

Comment éviter la rechute et arrêter définitivement de fumer ?

Il existe deux cas classiques de rechute : les repas arrosés et le stress important. Pour éviter ces situations à risque, on peut prendre des comprimés ou des pastilles de nicotine, utiliser une cigarette électronique ou se tourner vers des thérapies cognitivo-comportementales, l’hypnose ou la sophrologie, en fonction de la personne et de ses préférences. Ces méthodes peuvent être complémentaires à un suivi médical.

Sophrologie comme aide au sevrage

La sophrologie peut être une aide précieuse pendant le sevrage tabagique. Elle permet de remplacer les vieux automatismes liés à la cigarette par de nouveaux automatismes plus positifs. Elle peut agir sur les symptômes du sevrage tels que la nervosité, l’irritabilité, le stress, les troubles du sommeil et de la concentration. Grâce à la respiration contrôlée et la détente musculaire, la sophrologie favorise un état de bien-être qui apaise les tensions mentales, corporelles et émotionnelles causées par le manque de cigarette. Il est important de répéter ces pratiques pour ancrer durablement de nouvelles habitudes. La sophrologie ne remplace pas un suivi médical, mais peut être une complémentarité.

ARTICLE SUIVANT
Tisanes pour un sommeil réparateur : quelles choisir ?

SUR LE MÊME SUJET