• 737
  • 19
  • 14
  • 331

Syndrome du gros bras : quand la taille pose problème

Jessica
Par Jessica
13 février 2024 13

Le gros bras est un type de lymphœdème caractérisé par une augmentation du volume d’un bras. C’est un effet secondaire des traitements locaux du cancer du sein, tels que le curage axillaire, l’exérèse ganglionnaire et la radiothérapie. Quels sont les facteurs de risque de cette complication ? Peut-on la prévenir ? Existe-t-il des solutions ? Un cancérologue répondra à ces questions.

Analyse puis réécris chaque phrase de l’article suivant. Il ne doit pas être considéré comme plagiat ou duplicate content. Conserve la longueur d’origine à 20% près.

Le syndrome du gros bras, un lymphœdème du membre supérieur

Le syndrome du gros bras est une forme de lymphœdème qui affecte le bras.

Le docteur Didier Bourgeois, cancérologue, explique que le lymphœdème est un gonflement d’un membre causé soit par une malformation du réseau lymphatique (lymphœdème primitif), soit par une interruption des vaisseaux lymphatiques acquise (lymphœdème secondaire). Le lymphœdème secondaire peut être causé par différents facteurs tels que des traitements locaux ou chirurgicaux, une tumeur ou un traumatisme.

Dans le syndrome du gros bras, la circulation de la lymphe est altérée. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas la lymphe ou la rétention d’eau qui provoquent l’augmentation de taille du bras. C’est en fait le mauvais fonctionnement du réseau lymphatique qui entraîne une accumulation de graisse dans les tissus, ce qui provoque le gros bras.

Ce syndrome est généralement causé par certains traitements locaux du cancer du sein tels que le curage axillaire, l’exérèse ganglionnaire ou la radiothérapie. Environ 8% des femmes qui subissent ces traitements développeront ce syndrome. Les chirurgiens évitent désormais, dans la mesure du possible, d’effectuer une résection de ganglions lymphatiques pour réduire les risques de lymphœdème.

Le bras du côté du sein affecté peut commencer à gonfler à cause de ce syndrome. Dans certains cas, le gonflement peut se produire plusieurs semaines, mois ou années après les traitements. Il est même possible qu’il apparaisse jusqu’à 30 ans après les traitements.

Quels sont les symptômes du syndrome du gros bras ?

Dans la plupart des cas, les symptômes du gros bras se développent quelques semaines, mois voire des années après la guérison de la tumeur. Il est recommandé de faire attention et de surveiller l’évolution de son bras. Le docteur Bourgeois regrette que lorsqu’une patiente le contacte en période de rémission et lui décrit un gonflement du bras, il peut déjà établir un diagnostic.

Il est possible que tout le bras, ainsi que la main, se mettent à gonfler. Parfois, cela peut être seulement la main, l’avant-bras ou le bras. La sévérité du gonflement varie et est rarement grave. Cependant, il peut arriver que le bras devienne vraiment gros, ce qui peut être gênant d’un point de vue esthétique. Les patientes se plaignent surtout de la sensation de lourdeur et d’engourdissement dans le bras.

En plus du gonflement, d’autres symptômes « invisibles » sont associés à ce syndrome, tels qu’une sensation de lourdeur ou de pesanteur dans le bras, un épaississement de la peau, une perte de mobilité du bras et de la main, ainsi que l’impossibilité de porter des vêtements et des bijoux serrés. Parfois, les symptômes peuvent régresser naturellement dans les mois suivant leur apparition, mais le syndrome du gros bras devient généralement une maladie chronique qui ne régresse jamais totalement.

Quelles sont les causes du syndrome du gros bras ?

Le syndrome du gros bras est causé par certains traitements locaux du cancer du sein, tels que le curage axillaire, l’exérèse ganglionnaire ou la radiothérapie. Le risque de développer ce syndrome est plus élevé lorsque plusieurs de ces traitements sont associés, par exemple une chirurgie suivie d’une radiothérapie.

Le gonflement est causé par un blocage de la circulation de la lymphe. Cette interruption du système lymphatique stimule les cellules adipeuses, qui produisent davantage de graisse. De plus, l’activité des cellules de l’épiderme augmente également, ce qui explique l’épaississement de la peau. Le surpoids et l’obésité sont des facteurs favorisant le syndrome du gros bras, il est donc recommandé de perdre du poids si la patiente présente un IMC élevé.

Syndrome du gros bras : conséquences et complications

Le syndrome du gros bras peut entraîner une gêne fonctionnelle, une diminution de la mobilité et un complexe d’ordre esthétique. Des complications peuvent également survenir, notamment une infection des vaisseaux lymphatiques (lymphangite) qui se développe souvent lorsque des bactéries pénètrent par des fissures cutanées. Une lymphangite peut être causée par une infection bactérienne streptococcique ou staphylococcique et nécessite des antibiotiques. Dans certains cas, un lymphœdème peut même conduire au développement d’un cancer rare appelé lymphangiosarcome, cependant, cette situation est exceptionnelle.

Comment est fait le diagnostic ?

Le diagnostic du syndrome du gros bras est principalement clinique. Le médecin mesure les bras et les mains et constate une différence de quelques centimètres entre ces mesures, ou un changement important dans le volume du bras. Des investigations techniques peuvent être utilisées pour préciser les stades du syndrome.

Quels sont les traitements du syndrome du gros bras ?

Il n’existe pas de solution pour faire totalement disparaître le syndrome du gros bras. Cependant, des dispositifs de compression, tels que les manchons de contention et les bandages de compression, peuvent permettre une nette amélioration de la situation. Le drainage manuel lymphatique, les massages et les exercices du membre peuvent également être efficaces. Une bonne hygiène et hydratation de la peau sont essentielles.

Des techniques microchirurgicales et des greffes de ganglions lymphatiques sont de plus en plus réalisées pour les cas les plus graves. Dans certains cas, une liposuccion peut être effectuée pour réduire le volume du bras, mais cela n’est pas considéré comme un traitement de fond car la graisse a tendance à revenir.

Comment prévenir le syndrome du gros bras ?

Il n’est pas possible de prévoir ou d’empêcher l’apparition du syndrome du gros bras. Cependant, il est fortement recommandé de perdre du poids en cas de surpoids ou d’obésité pendant le traitement du cancer du sein. En cas de syndrome du gros bras, il est recommandé d’éviter la chaleur, les activités physiques intenses, les vêtements et les bijoux serrés, ainsi que les injections intraveineuses ou la pose de cathéter sur le membre supérieur. Prendre soin de la peau et des ongles nécessite également une attention minutieuse.

ARTICLE SUIVANT
Huiles essentielles efficaces contre les taons

SUR LE MÊME SUJET