• 348
  • 89
  • 23
  • 367

Traitements de la bronchiolite chez les bébés : que prévoir ?

Jessica
Par Jessica
14 juin 2024 49

Lorsque bébé présente des symptômes tels qu’un nez bouché, un refus du sein ou du biberon, ainsi que des pleurs, il est probable qu’il ait contracté la bronchiolite, une infection virale aiguë souvent attrapée à la crèche. Face à ce problème, il est légitime de se demander quoi faire en cas de bronchiolite. Existe-t-il des médicaments appropriés pour traiter cette affection ? Qu’en est-il de l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire dans ce cas ? Nous allons répondre à ces questions.

Analyse de l’article « Bronchiolite chez bébé : les signes d’alerte et les gestes simples à adopter »

Chaque année, 30 % des nourrissons de moins de deux ans sont sujets à la bronchiolite. Cela se manifeste principalement en automne ou en hiver par des symptômes tels qu’un rhume, un mal de gorge, une toux sèche, une fièvre légère et une respiration rapide et sifflante.

La bronchiolite est une infection virale aiguë, souvent causée par le virus respiratoire syncytial (VRS), qui entraîne de nombreuses hospitalisations chaque année. En 2023, il y a eu 73 262 hospitalisations selon l’Assurance maladie. Les nouveau-nés fragiles, notamment les prématurés et ceux ayant des problèmes respiratoires ou cardiaques, sont les plus exposés. Cependant, un traitement préventif est maintenant disponible pour protéger les nourrissons.

Si votre nourrisson présente des signes évocateurs de bronchiolite, tels que des troubles de l’alimentation, il est préférable de consulter un pédiatre ou un médecin traitant. Une radiographie du thorax peut être nécessaire en cas de récidive de la maladie ou d’aggravation des symptômes. Pour les nourrissons de moins de deux mois, les prématurés ou ceux présentant des fragilités cardiaques ou pulmonaires, une hospitalisation peut être envisagée pour une surveillance médicale étroite jusqu’à leur guérison. Les bronchiolites récurrentes peuvent être un signe d’asthme chez le nourrisson, qui peut évoluer vers l’asthme chez les enfants plus âgés.

Il est préférable de consulter dès les premiers signes de bronchiolite afin d’éviter d’éventuelles complications telles qu’une surinfection bactérienne, une détresse respiratoire aiguë, une déshydratation, etc. De nouveaux moyens de prévention de la bronchiolite sont disponibles, comme le traitement préventif à base de nirsevimab recommandé chez les nouveau-nés et les nourrissons lors de leur première saison de circulation du VRS. De plus, un vaccin pour les femmes enceintes sera disponible à partir de septembre 2023.

Il n’existe pas de médicament ou de soin spécifique pour guérir la bronchiolite chez le nourrisson. Les médicaments tels que les bronchodilatateurs, mucolytiques, antitussifs et fluidifiants sont inefficaces voire contre-indiqués. Les antibiotiques ne sont actifs que contre les infections bactériennes et non virales. La kinésithérapie respiratoire n’est pas recommandée par la Haute Autorité de Santé pour un premier épisode de bronchiolite chez le bébé. Le traitement consiste donc à limiter la fièvre avec du paracétamol et à soulager le nourrisson avec des gestes simples.

Pour stopper la bronchiolite virale, voici quelques gestes simples recommandés par les médecins : moucher régulièrement l’enfant, faire des lavages du nez avec une solution nasale ou du sérum physiologique, garder le nourrisson assis avec le dos droit lorsqu’il est éveillé, le coucher sur le dos pour dormir, éviter l’exposition au tabagisme passif, proposer régulièrement à boire, continuer à nourrir normalement en fractionnant les repas, surveiller la température corporelle, donner du paracétamol en cas de fièvre, aérer la chambre et maintenir une température de 19°C, rester à proximité du nourrisson pendant la phase aiguë de la maladie.

Généralement, la bronchiolite guérit au bout de 8 à 10 jours, mais en cas d’aggravation des symptômes, il est préférable de consulter à nouveau. Certains signes d’urgence nécessitent un appel aux services d’urgence, comme si le nourrisson est âgé de moins de 2 mois, né prématurément ou atteint d’une maladie cardiaque, respiratoire ou d’un déficit immunitaire, présente une gêne respiratoire importante, des apnées ou une respiration irrégulière, une altération importante de l’état général, des signes de déshydratation, des difficultés d’alimentation ou un ralentissement de la croissance, des changements de comportement, une élévation importante de la température corporelle, une pâleur du teint ou des lèvres, des doigts qui bleuissent, des troubles digestifs comme des vomissements.

ARTICLE SUIVANT
Huiles essentielles efficaces contre les taons

SUR LE MÊME SUJET